Billet du Lundi rédigé par Jean-Bernard Pinatel, membre fondateur et Vice-Président de Geopragma.

La guerre en Ukraine est un révélateur impitoyable soit de la soumission des dirigeants européens à des intérêts qui ne sont pas les nôtres, soit, si on veut leur laisser le bénéfice du doute, de leur totale incompétence géopolitique.

Ils n’ont pas compris ou n’ont pas voulu croire que Biden et les stratèges qui l’entourent prenaient très au sérieux la menace de Poutine d’utiliser si nécessaire l’arme nucléaire dans une guerre que les Russes perçoivent comme défensive de leurs intérêts vitaux. Avec pour conséquence les consignes données par Biden au Pentagone et à son administration dès le 24 février 2022 et que « The Economist  (1) » a révélé en septembre 2023 : « Joe Biden, America’s president, set objectives at the start of Russia’s invasion : to ensure that Ukraine was not defeated and that America was not dragged into confrontation with Russia (2) . » 

Avec comme conséquence dramatique que, depuis le 24 janvier 2024,  l’Ukraine a sacrifié la vie de centaines de milliers de ses citoyens non pas pour repousser victorieusement l’agression russe mais pour interdire à l’économie européenne de disposer en Russie de l’énergie abondante et peu chère dont elle a besoin et pour favoriser l’économie énergétique américaine et ses industries d’armement.

Ils ont cru ou voulu nous faire croire avec Bruno Lemaire que l’on pourrait stopper l’agression de la Russie par des sanctions qui « mettraient à genoux » son économie alors qu’elles se sont retournées contre nous.

Ils n’ont pas anticipé le refus de 162 états sur les 195 que compte notre planète de voter les sanctions qu’ils ont décidées unilatéralement. Ainsi plus de 80% des pays du monde ont continué à commercer avec la Russie et de nombreuses entreprises des états qui avaient décidé de les appliquer ont continué à le faire en les contournant.  Ces pays et ces entreprises se sont senties confortées dans leur refus d’appliquer les sanctions par les déclarations des autorités chinoises et indiennes qui ont rappelé aux Etats-Unis leur responsabilité d’avoir bafoué les premiers les règles internationales par leurs interventions au Kosovo et en Irak, déclenchées sous de fallacieux prétextes, ouvrant ainsi la porte à la Russie. 

Ils ont espéré, en diabolisant Poutine, que les Russes se débarrasseraient de lui sans avoir conscience que, dans leur immense majorité, ces derniers sont reconnaissants à leur Président d’avoir entre 2002 et 2012 multiplié par dix leur niveau de vie et de leur avoir donné la fierté d’être redevenu une nation puissante et respectée.

A part la minorité argentée qui a quitté la Russie, ils ont cru que les Russes n’étaient que des moujiks incultes et qu’en fournissant aux ukrainiens quelques armes d’une technologie militaire intelligente et précise comme les drones pour l’observation et les canons César ou les Himars pour la puissance de feu, ils allaient les conduire facilement à la victoire. Au lieu de cela, ils ont dû admettre à regret que la Russie s’était adaptée très rapidement à ces innovations, que leurs très nombreux et compétents ingénieurs (3) avaient trouvé et mis en place rapidement des parades électroniques qui avaient annihilé cet avantage. Bien plus, ils se sont rendu compte que les canons et les munitions des années 80, utilisés massivement par les Russes qui les avaient stockées au lieu de les mettre au rebut comme nous pour éviter de payer les coûts humains et de fonctionnement de leur stockage, causaient des ravages dans les rangs ukrainiens. Et, à la fin de l’année 2023, ils ont dû se résoudre à accepter que l’armée russe fût plus forte (4) qu’au début de l’offensive et que la contre-offensive ukrainienne s’était soldée par un échec cuisant.

Toutes ces erreurs d’analyse géopolitique ajoutées à la désinformation permanente distillée par les médias européens ont amené nos dirigeants, dont le Président Macron, à croire ou à vouloir faire croire que le succès des forces ukrainiennes était certain et ils ont encouragé sans relâche le Président Zelensky à continuer la guerre en s’engageant à l’aider « jusqu’à la victoire. » Au lieu d’avoir fait l’effort de rechercher avec la Russie un compromis qui prenne en compte ses besoins de sécurité, Ils seront devant l’histoire co-responsables des 500 000 ukrainiens tués ou gravement blessés à ce jour. 

Après deux ans de guerre, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne estiment qu’ils ont atteint leur objectif : éviter la création de l’Eurasie en créant un mur de haine entre l’Europe et la Russie et, pour se désengager de ce conflit, ils demandent à l’UE de monter en première ligne. 

C’est pour cela, que depuis le début de l’année 2024, on entend un discours nouveau des dirigeants européens, dociles affidés des intérêts anglo-saxons, nous engageant à préparer une guerre longue. 

Grossissant démesurément la menace que la Russie ferait peser sur l’Union Européenne alors qu’en deux années de combat acharnés, elle n’a été capable de conquérir et de conserver que 17% du territoire ukrainien peuplé de Russes et d’Ukrainiens déterminés à conserver leur culture russophone.

Bien plus, ils cherchent à nous convaincre que la Russie menace l’UE et que pour notre sécurité il faut aider encore plus l’Ukraine, quitte à laisser disparaitre la moitié de nos agriculteurs.

Last but not least, des voix s’élèvent ici et là, y compris dans la bouche du Président Macron, pour évoquer la possibilité ou même pour prôner l’envoi de nos soldats sur le champ de bataille. Ces propos sont relayés dans les médias par des intellectuels et des soi-disant spécialistes de défense qui, au lieu d’utiliser leur intelligence pour proposer un chemin vers la Paix, tiennent le discours habituel des bellicistes de salon : « armons-nous et partez. »

« L’Europe c’est la Paix » le slogan fondateur de l’Union Européenne est-il en train de devenir obsolète ?

1. Est un hebdomadaire britannique majoritairement détenu par la famille Agnelli avec une participation des familles Rothschild, Cadburry et Shroders, dont la ligne éditoriale du journal est proche du patronat et des milieux financiers internationaux. Il est considéré comme un des médias les plus influent dans le monde occidental.

2. Joe Biden, président américain, a fixé des objectifs au début de l’invasion Russe : « S’assurer que l’Ukraine ne sera pas vaincue et que l’Amérique ne sera pas entraînée dans la confrontation avec la Russie. »

3. « Ce qui distingue fondamentalement l’économie russe de l’économie américaine, c’est, parmi les personnes qui font des études supérieures la proportion bien plus importante de celles qui choisissent de suivre des études d’ingénieurs : vers2020,23,4% contre 7,2% aux Etats-Unis. » Emmanuel Todd, la défaite de l’occident, Gallimard, page 50.

4. Comme l’avait déclaré le général Cavoli qui commande l’OTAN en avril 2023 devant une commission du Congrès des USA, déclaration révélée six mois plus tard par le Washington Post.

Partager cet article :

11 comments

  1. Dom

    Répondre

    Le chemin de la diplomatie serait raisonnable.Les dirigeants seraient bien inspirés de lire ou relire René Girard.Le désir mimétique est dominant d’un côté comme de l’autre.

  2. LASSUS

    Répondre

    Que tous ceux qui sont intervenus après cet article lucide, par des commentaires raisonnables, concluent !…. à l’égard notamment de la politique intérieure française, car n’allons pas en rester avec des gouvernants qui nous ont conduits depuis deux ans au bord du précipice ? J’attends vos conclusions. Merci.

  3. Alexander

    Répondre

    Parfaitement d’accord. Il suffit de se souvenir sur ce qui se passe depuis 1991 pour constater que la Russie et l’Ukraine sont toutes deux victimes des convoitises et des mensonges des mêmes provocateurs de la guerre. L’affrontement en Ukraine est essentiellement le fait d’une politique de Washington qui entretient des intentions extrêmement agressives à l’encontre de Moscou depuis plusieurs décennies.
    En ce moment, des réformes politiques à Washington et à Bruxelles seraient bien plus nécessaire qu’un changement de régime à Moscou afin de reconstruire les ponts du dialogue conformément au droit international.

  4. arnould

    Répondre

    article réaliste qui montre la réalité.
    nous sommes gouvernés par des fous qui veulent notre perte(nous le peuple d’inutiles).
    merci pour votre article.
    Poutine est un grand président, qui aime la Russie et son peuple

  5. CLERC

    Répondre

    Mon Général, Par votre analyse de réalité, par votre positionnement gaulliste et patriotique, vous sauvez l’honneur de l’Armée française, à rebours des officiers généraux, almiraux (2S) et autres officiers subalternes qui officient sur les plateaux et radios français et, qui ont vendu leur honneur d’officier français pour une soupe de 30 deniers nato. Des Thyraud de Vosjoli. Merci.

  6. Jver

    Répondre

    Article raisonnable. Mais qui laisse, il me semble, de côté, l’essentiel. L’essentiel est que, en sus des tares que vous lui reconnaissez, notre Président est un psychopathe, comme nous en avait averti, d’ailleurs, un psychiatre italien, dès 2016. Et, chose aggravante, un psychopathe bourré de substances illicites.

  7. Francis

    Répondre

    La guerre en Ukraine n’est que le révélateur qu’il n’y a plus qu’une seule guerre dans le monde, la guerre contre la Démocratie.

  8. Ravier

    Répondre

    Révélateur aux aveugles… éblouissante démonstration de réalisme ! Merci pour cette analyse conforme aux intérêts de la France et de l’Europe.

  9. Répondre

    Je souscris à tout ce qui est dit et soulignerai que Poutine n’est pas le monstre et le fou que certains décrivent. Il veille à ne pas faire trop de victimes dans la population civile ukrainienne (l’Ukraine n’est pas Gaza) et il ne verse pas dans la surenchère se contentant de rappeler les évidences (la Russie dispose d’un armement nucléaire bien supérieur à celui de la France), et dire ce qu’est, pour lui, la ligne rouge. Or, Macron parle d’une neuvième ligne qui consiste à munir Kiev de missiles à moyenne et longue portée. S’il s’agit de permettre à Zelinsky de bombarder le territoire Russe et sa population, alors ce serait un sérieux pas de fait vers la nucléarisation du conflit. Est-ce que les Occidentaux savent ce que cela veut dire et en mesurent les conséquences ? Je les trouve légers, inconscients et irresponsables.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Geopragma