Billet du lundi 17 octobre 2022 de rédigé par Pierre de Lauzun, membre fondateur et membre du Conseil d’administration de Geopragma.

On reparle beaucoup du nucléaire militaire à l’occasion de la guerre d’Ukraine. On l’avait un peu oublié. Or les événements d’Ukraine remettent cette question au centre de l’attention. Je ne parlerai pas ici de la guerre d’Ukraine elle-même, mais de l’impact qu’elle a sur la réflexion sur le nucléaire, et notamment sur la dissémination.

 Car s’il y a bien une première conclusion évidente à tirer de cette guerre, c’est l’intérêt de l’arme nucléaire. On sait que l’Ukraine était une composante majeure de l’URSS, y compris sur le plan militaire, et en son sein, du nucléaire soviétique. Pourtant lors de la dissolution de l’URSS, devenant indépendante, elle a renoncé à l’arme nucléaire, qu’elle pouvait sans difficulté technique détenir et développer. Nul doute que si elle avait fait le choix inverse, la question de la guerre actuelle ne se serait pas posée, ou très différemment. Peut-être pas pour les événements précédant cette année, car la constitution des républiques du Donbass restait possible et l’aide militaire que leur apportait la Russie. En revanche les données de l’invasion russe de 2022 auraient été très différentes ; et il est raisonnable de penser qu’elle ne se serait pas produite ou en tout cas de façon beaucoup plus limitée. Or même si l’Ukraine finissait par l’emporter, le coût humain et économique de la guerre aura été ravageur pour elle.

Pour tous les pays tiers, même s’il est clair depuis longtemps que la détention de cette arme est un facteur majeur d’indépendance nationale (sachant qu’il n’est pas démontré que cela soit une garantie totale), la présente guerre illustre de façon spectaculaire la validité de ce raisonnement.

A cela s’ajoute une autre considération. Cette guerre est la première guerre de type classique qu’on connaisse depuis longtemps, si on appelle classique une guerre qui ne soit pas clairement dissymétrique (comme celles en Iraq, Afghanistan ou Vietnam, ou dans une moindre mesure les guerres israélo-arabes), c’est-à-dire qui fasse s’affronter deux armées non pas nécessairement égales, mais du même genre, dans un affrontement proprement militaire. Pour trouver un équivalent, sans remonter à la guerre de Corée, il faut remonter à la guerre entre Iran et Iraq ou aux guerres indo-pakistanaises. Mais outre que cela nous ramène avant 1980-1990, cela ne mettait pas aux prises des armées aussi avancées qu’aujourd’hui, les niveaux de technologies étant alors bien plus bas et beaucoup plus anciens. Surtout, à l’époque il n’y avait pas de grande puissance en lice (l’Inde le devient progressivement depuis) et notamment pas nucléaires. Or cette fois nous avons non seulement une guerre classique, déjà relativement longue, mais surtout menée par une grande puissance nucléaire, elle-même sanctuarisée par le fait même. Nul doute que la prudence même relative des Américains dans leur aide aux Ukrainiens, tient grand compte de ce facteur, évitant notamment sauf exceptions toute atteinte à la Russie elle-même. Il y a donc une dissymétrie, au départ désavantageuse pour le pays le plus faible. Pour les pays tiers, c’est encore un argument en faveur du nucléaire : si mon agresseur se protège ainsi, j’ai le plus grand intérêt à faire de même.

Côté américain, la position traditionnelle, hostile à la dissémination nucléaire (notamment des administrations démocrates), ne devrait en revanche pas être remise en cause. Etant en général le pays le plus interventionniste sur le plan militaire, les Etats-Unis n’ont aucun intérêt à ce que les cibles possibles se hérissent de nucléaire. De plus, le fait qu’un pays qui leur est allié n’ait pas cette arme le rend évidemment beaucoup plus dépendant de leur aide, dont on a vu en Ukraine la redoutable efficacité à l’occasion.

Un autre facteur nouveau apparu en Ukraine est l’annexion par la Russie de territoires précédemment ukrainiens, ce qui du point de vue russe fait passer ces zones dans le cadre de la défense du territoire russe. Et donc potentiellement (selon l’état de la doctrine et son emploi) sous leur protection nucléaire. On voit évidemment l’attrait du nucléaire pour un pays ayant des revendications ou des visées sur un territoire voisin. Certes, on ne connait pas à ce stade ce qu’il adviendra de ces zones dans le présent cas, selon les développements de la guerre en cours. Mais le raisonnement subsistera dans son principe. Si l’Iraq avait eu l’arme nucléaire, peut-être aurait-il gardé le Koweït en 1990. En résumé donc, l’avantage que cette détention donne à un pays ayant des ambitions extérieures sur un voisin qui n’aurait pas l’arme atomique est appréciable. Bien entendu ce n’est qu’un aspect de la question car d’autres dimensions entreraient en compte (sanctions etc.).

Une question plus technique posée actuellement est celle de l’usage possible du nucléaire tactique (arme de plus petit calibre, en principe utilisée contre des forces militaires). Son utilisation éventuelle en Ukraine soulève des questions complexes, qu’on n’évoquera pas ici. Mais de façon générale le fait d’en disposer peut représenter lui aussi un avantage potentiel, ne serait-ce que comme option intermédiaire, en théorie disponible, entre la guerre classique et le nucléaire stratégique. Notamment contre une autre puissance nucléaire, sans que le niveau stratégique se déclenche automatiquement. La Corée du Nord prétend par exemple désormais en disposer.

Il faut relever enfin un point important : le secret. La détention de l’arme nucléaire ne suppose pas nécessairement qu’elle prenne une forme publique, visible et revendiquée – pourvu que les adversaires éventuels croient qu’elle existe. Mais si la détention de l’arme offre une sécurité considérable, même si elle n’est pas totale, en revanche son développement est plein de risques pour un pays qui a déjà un ennemi puissant car ce dernier sera alors fortement incité à déclencher une guerre préventive, classique ou nucléaire, pour précisément bloquer ce développement. Ce risque apparaît évidemment par exemple dans le cas de l’Iran (avec Israël, voire les Etats-Unis); mais aussi de la Corée du Sud (avec son cher voisin du Nord). D’où l’intérêt majeur d’un développement aussi secret que possible, selon la voie qu’a explorée Israël en son temps et avec succès.

A cela s’ajoutent pour les pays amis des Etats-Unis les questions que pose justement la protection attendue de ces derniers. Pensons déjà à nouveau à la Corée du Sud, au Japon et à Taïwan. La première question est la validité d’un éventuel parapluie nucléaire américain : rien ne prouve qu’il serait mis en œuvre, notamment par rapport à une puissance nucléaire. Et si leur attitude en Ukraine montre qu’ils savent à l’occasion être très efficaces dans leur aide classique, cela ne permet évidemment pas d’éviter la catastrophe que présente de toute façon une guerre conventionnelle pour le pays qui la subit. Il y a donc à nouveau de puissants arguments pour ces pays pour développer l’arme nucléaire ; mais à l’israélienne, en n’en faisant état qu’une fois le pas franchi – tout au plus. On sait que Taïwan avait commencé un tel développement, mais avait abandonné sous pression américaine : il peut s’en mordre les doigts, car ce ne serait probablement plus possible aujourd’hui, la Chine s’en apercevant très probablement s’il essayait, et réagissant aussitôt.

La question se pose sans doute moins en ces termes en Europe, pour les pays non nucléaires. Il y a à cela au moins une première raison simple et immédiate : l’expérience ukrainienne a montré les limites de l’armée russe, qui n’est manifestement à ce stade pas celle d’une vraie grande puissance – en dehors de son arsenal nucléaire. En outre, pour les pays qui peuvent se sentir encore menacés (toujours hors nucléaire) l’Otan offre une réponse, qui a beaucoup regagné en crédibilité du fait de la guerre en cours. Inversement, les Etats-Unis ne toléreraient pas un développement nucléaire dans un de leur alliés. Le seul vrai motif pour ces derniers serait donc de tenter de parer à une attaque nucléaire russe, selon la logique de l’équilibre de la terreur. Mais il faudrait pour cela développer un armement puissant et performant, et assumer politiquement la dissuasion, en interne et face aux Américains : on voit très mal un pays européen s’engager dans cette voie.

En revanche d’autres candidats seraient assez naturels ailleurs. Ainsi au Moyen Orient, dans la lignée d’Israël ou à l’instar de l’Inde et du Pakistan tout proches. Outre l’Iran (mais il est très surveillé), on a évidemment la Turquie, et certains autres dans la péninsule arabique… Et là aussi, la voie du secret est désormais la seule sûre.

Le tout renforcera encore, évidemment, la voie maintenant inéluctable vers la multipolarité. Mais une multipolarité clairement hiérarchisée.

Partager cet article :

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma