Chronique internationale de Renaud Girard parue dans le Figaro le mardi 6 juillet 2021.

L’ONU, l’Union africaine et les grandes puissances comptant en Afrique (Etats-Unis, Chine, France, Russie) auront-elles bientôt à gérer les conséquences dramatiques d’une guerre civile affectant l’un des plus grands pays du Continent noir ? Cette guerre a déjà commencé, au mois de novembre 2020, au nord de l’Ethiopie, pays de 112 millions d’habitants. Il faut tout faire pour qu’elle ne s’étende pas à l’ensemble du territoire, et qu’elle ne déborde pas sur les autres pays de la Corne de l’Afrique. Il faut éviter de retomber dans une crise comparable à celle qui, naguère, détruisit la Syrie.

En Syrie, pays de 17 millions d’habitants – bien sûr très différent de l’Ethiopie par l’histoire et la géographie -, les grandes puissances n’ont pas réussi, en 2011-2012 à éviter que le soulèvement populaire hérité du printemps arabe (qu’elles n’avaient nullement anticipé) ne se transforme en une guerre civile extrêmement sanglante. A l’ONU, en février 2012, le club occidental du P-3 (Amérique, France, Angleterre) eut le tort de négliger la proposition de l’ambassadeur russe Tchourkine visant à négocier un départ progressif du pouvoir du président Bachar al-Assad, et son remplacement par un gouvernement de transition capable d’offrir des garanties à la minorité alaouite – très anxieuse pour son avenir mais aussi très militarisée. Il est vrai qu’à cette époque les dirigeants américains, français et britanniques affirmaient publiquement que le régime baasiste de Damas n’en avait plus que pour quelques semaines. Il leur semblait inutile de prendre la peine de négocier avec Bachar une sortie dans l’honneur alors que la rue allait certainement avoir raison de lui à très brève échéance…

Aujourd’hui, pour le bien de l’Ethiopie, les grandes puissances devraient encourager le départ du pouvoir, dans la dignité et l’honneur, du jeune Premier ministre, aux affaires depuis 2018. Abiy Ahmed a perdu une trop grande partie de son crédit auprès de sa population, de ses voisins africains, des grandes puissances. En effet, mû par un rêve impérial de centralisation, il s’est imprudemment lancé dans une guerre punitive contre le Tigré, l’une des douze régions fédérées d’Ethiopie. Très attachés à leur autonomie, arrachée après la défaite de la dictature communiste de Mengistu en 1991, les Tigréens n’avaient pas accepté qu’Abiy Ahmed reporte les élections prévues du 29 août 2020. Ignorant les injonctions du gouvernement central, ils avaient organisé leur propre scrutin.

Mais quand on lance une guerre pour châtier les dirigeants indociles d’une de ses provinces, mieux vaut se comporter impeccablement avec sa population civile. Ce n’est pas ce qu’a fait Abiy Ahmed. Pour épauler l’armée éthiopienne, le premier ministre fit venir secrètement au Tigré des milices extrémistes amhara (issues de la région longeant la limite méridionale du Tigré) et des régiments de l’armée érythréenne (pays situé au nord du Tigré). Faire intervenir en sa faveur le dictateur érythréen Isaias était facile pour Abiy Ahmed. Car dès son arrivée au pouvoir en 2018, il s’était réconcilié avec lui et avait envoyé un ambassadeur à Asmara. Cette réconciliation spectaculaire avait valu à Abiy Ahmed le prix Nobel de la paix 2019.

Dès le 28 novembre 2020, l’armée éthiopienne reprend Mekele, la capitale provinciale du Tigré et Abiy Ahmed proclame sa victoire contre les rebelles tigréens. Les journalistes et les ONG sont bientôt interdits de Tigré. Mais des nouvelles parviennent à filtrer. Les preuves s’accumulent d’un comportement atroce des forces d’occupation : cultures brûlées, viols de masse, pillages systématiques vers l’Erythrée. Les Tigréens se réfugient par dizaines de milliers au Soudan. Abiy Ahmed est finalement obligé de reconnaître la présence des Erythréens et des milices Amharas. Elles sont hystérisées par la revanche qu’elles estiment devoir prendre sur les Tigréens (qui exercèrent la réalité du pouvoir central de 1991 à 2012 sous Meles Zenawi, le grand modernisateur du pays).

Les exactions vont galvaniser la population civile tigréenne contre les occupants. En février 2021, sur injonction américaine, les Emiratis interrompent leurs livraisons de drones de combat à l’armée éthiopienne. Remarquables soldats depuis la nuit des temps, les montagnards tigréens vont patiemment préparer leur contre-offensive. Dans une victoire-éclair, ils viennent de chasser de chez eux l’armée éthiopienne et, en partie, les milices amharas. L’armée érythréenne est également en déroute.

De même que, jadis, la Roche Tarpéienne était proche du Capitole, l’inculpation à la Cour Pénale Internationale devient aujourd’hui proche du prix Nobel. Abiy Ahmed n’est plus homme à pouvoir négocier sereinement avec les Tigréens victorieux. S’il avait à cœur le seul bien de l’Ethiopie, il quitterait au plus vite le pouvoir.

Partager cet article :

1 Comment

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma