Parole d’expert réalisé avec notre partenaire Terra Bellum.

Alain Juillet nous parle des pourparlers qui se déroulent entre la Russie et les Etats-Unis. Alors que le pivot géopolitique mondial se déplace vers le Pacifique et la zone asiatique. La question du conflit en Ukraine en suspend depuis plusieurs années, ainsi que les sanctions économiques sur la Russie. Mais les Etats-Unis redirigent leurs pions : Pourquoi les Etats-Unis chercheraient-ils à régler la question du conflit ukrainien ? Comment la Russie espère tirer son épingle du jeu ? Quelle est la place des nations européennes dans ce dialogue bilatéral ? Quid du rôle de l’OTAN ?

Avec Alain Juillet, membre du comité d’orientation stratégique de Geopragma.

Partager cet article :

2 comments

  1. Roland Paingaud

    Répondre

    Le peuple russe, actuellement à 95% derrière V.Poutine (les 5% restant sont toujours la même diaspora et ses affiliés) , ne veut pas du libéralisme corrompu de l’OCCIDENT-Ouest, dont il voit la décadence galopante, et dont l’UKRAINE est la proie, avant la proie ultime, la RUSSIE, le bastion de l’OCCIDENT-Est, blanc, chrétien, mais nationaliste.

     » Le plus grand art du général est de déjouer le plan de l’ennemi  » (SunTzu, VI°s. av.J.C.) ; le meilleur allié du libéralisme affairiste étant le pacifisme, Poutine, comme dans Sun Tzu, extirpe le libéralisme de ce terrain de manœuvres occultes, et le jette dans le terrain de la guerre des armées, c’est-à-dire en vue d’un résultat historique, défaite ou victoire, mais indiscutable pour les deux camps. V.Poutine sacrifie la facilité de sa fin de carrière déjà triomphante pour sa nation : il la sauvera.
    Biden-VanDerLeyen-Macron-Soros- ne l’arrêteront de toutes façons pas, mais ils peuvent déclencher l’apocalypse, et tout perdre, à commencer par le respect de leur mémoire, car en cas de victoire des nations, leur véritable rôle d’intoxication apparaîtra.
    Les J…déo-Anglo-Saxons ensanglantent la Terre depuis le XVII°s.
    Sous la Horde D’Or, aux XIII°-XIV°, les communications russes sont devenues difficiles, opprimées ; c’est alors qu’est née la divergence qui, six siècles plus tard, aboutissait à des revendications pseudo-ukrainiennes, promues par des activistes ukrainiens très sporadiques, mais soutenus par la C.I.A. , les services spéciaux israéliens, les réseaux Soros, et consorts.
    En reconnaissant magnanimement à Poutine des droits à la défense, tout en passant sous silence la menace fondamentale de l’O.T.A.N. d’une province intrinsèquement russe, la pseudo-droite en OCCIDENT-Ouest soutient a posteriori l’islam féroce et envahisseur à l’origine de la divergence.
    Poutine, et le peuple russe entier, savent que si cette séquelle de la Horde D’Or aboutissait à la séparation totale, ce ne serait pas par dessein du bonheur d’une nation ukrainienne, mais de la destruction du peuple russe, réfractaire au progressisme de l’OCCIDENT-Ouest en décomposition, dans laquelle surnagent farouchement les réseaux militaro-industriels américains.

  2. LOGOTHETIS LEANDRE ALEXIS

    Répondre

    EUROPE – RUSSIE – ETATS UNIS : L’Union Européenne est-elle une menace pour la Russie ? Non. La Russie devrait-elle avoir peur de l’Union Européenne ? Non. D’ailleurs Russie et UE sont destinées à terme à se rapprocher. Qu’est-ce qui peut alors justifier la crise actuelle ? Réponse : l’Otan et les Etats-Unis ! Ces Etats-Unis qui ne veulent pas d’un rapprochement Russie – UE et maintiennent l’UE sous tutelle. La Russie présent-t-elle une menace pour les Etats-Unis ? Non. Les Etats-Unis campent dans leur « sanctuaire insulaire ». Seule une guerre nucléaire généralisée pourrait les atteindre. Dans ce cas, notre planète n’existerait plus. Rappelons ici la Doctrine Monroe exprimée le 2 décembre 1823, qui fut le credo de la politique étrangère américaine pendant un siècle et qui demeure d’actualité. On y lit : « La meilleure règle de conduite à l’égard des nations étrangères est de développer nos relations commerciales et d’avoir le moins de liens politiques possible…. L’Europe a des intérêts essentiels qui ne nous concernent pas du tout, et est donc engagée dans de fréquentes controverses qui ne nous concernent pas… ». Seuls les Etats-Unis sont en mesure de donner des « assurances » aux Russes sur leur sécurité nationale. En même temps, si la crise actuelle devait déboucher sur un affrontement, seuls les Etats-Unis sont en mesure de contraindre les belligérants à limiter ce conflit à une guerre « conventionnelle » dont l’Europe serait le « cimetière ». Le constat : l’UE souhaite la paix. la Russie souhaite être reconnue pour ce qu’elle est – une grande puissance, que sa sécurité soit assurée et ne pas se sentir menacée. La présence de l’Otan, « bras armé » des Etats-Unis est ressentie par la Russie comme une menace. L’Otan permet aux Etats-Unis de « vassaliser » l’UE, de la diviser sur ses aspirations, ses investissements, ses armements,… Le problème pour les Etats-Unis est de pouvoir se projeter en dehors de son « insularité » pour continuer à dominer par tous moyens le reste du monde. N’y a-t-il pas d’autres alternatives à concevoir l’avenir de ce monde, de notre monde ?

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma