Pour cette nouvelle édition des Mardis de Geopragma nous avons eu le plaisir de recevoir Monsieur l’Ambassadeur Gabriele Checchia.

Gabriele Checchia, vice-président de notre partenaire italien la Fondation FareFuturo, est ambassadeur d’Italie et de l’Ordre de Malte. En carrière diplomatique depuis 1978, il a notamment été ambassadeur au Liban de 2006 à 2010. Il a également été ambassadeur auprès de l’OTAN de 2012 à 2014 et est l’actuel président du Comité Stratégique du Comité Atlantique Italien.

Son exposé porte sur la politique italienne, les enjeux pour l’Italie dans la Méditerranée élargie, ainsi que sur la vision qu’a l’Italie de l’autonomie stratégique et de la Défense européenne.

Partager cet article :

2 comments

  1. J-P ESCAFFFRE

    Répondre

    Bonjour,
    merci pour ces échanges passionnants.
    Néophyte, je n’ai pas bien compris la liaison entre l’accord d’Abraham sous égide américain et le rôle du pape lors de sa visite en Irak que la presse n’a guère relaté, évoqué par votre collègue libanais.
    Pourriez-vous expliquer svp ? En vous remerciant.

  2. Jerzy Jan Nizinski

    Répondre

    Votre Excellence, je vous remercie de votre riche exposé.
    Monsieur Chechere a suggéré, sans développer, l’importance géostratégique de l’Égypte ; je donnerai ici un petit aperçu (presque anecdotique) de l’enjeu capital de l’accès à l’eau :
    100 millions d’Égyptiens sont concentrés sur la Vallée du Nil et 11 pays (Égypte, Soudan, Éthiopie, Érythrée, Ouganda,….) se partagent ses eaux avec environ ½ milliard d’habitants.
    Je vous donne quelques chiffres d’efficience d’utilisation de l’eau qui ont le mérite de ‘’frapper les esprits’’: le débit moyen du Nil est de 2830 m3/sec, pour un petit modeste déjeuner égyptien il faut 40 litres d’eau pour produire une tranche de pain et 130 litres pour 1 bol de café, ce petit déjeuner représente ainsi 1,6 et 6,8 % du débit moyen du Nil.
    Autre exemple: pour produire 30 tonnes d’oranges par hectare et par an, il faut fournir environ 1000 mm/an de pluie, sachant qu’il pleut dans le Sinaï 95 mm/an, le reste vient de l’irrigation issue du Nil et des canaux des eaux usées (Nizinski J.J.et al, 2014. La modélisation : une aide à la gestion de l’irrigation de précision – cas de l’orangeraie d’El-Salam, Nord Sinaï, Égypte. Climatologie, vol. 11, 2-18).

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma