Billet du lundi 3 octobre 2022 rédigé par Gérard Chesnel, membre fondateur et du Conseil d’administration de Geopragma.

La Chine est-elle en train de prendre ses distances vis-à-vis de Moscou ?

Prenant leurs désirs pour des réalités, les médias occidentaux inféodés à Washington ont voulu en voir un signe dans les déclarations de Xi Jinping lors du Sommet de l’OCS (Organisation de Coopération de Shanghai) à Samarcande le 16 septembre dernier. Le Président chinois n’aurait pas exprimé son soutien à son homologue russe avec autant de chaleur qu’on (qu’ils) s’y attendai(en)t. Pour essayer de se faire une opinion objective, examinons les faits.

Lors de la réunion du Eastern Economic Forum à Vladivostok le 7 septembre dernier, le Président du Comité Permanent de l’Assemblée Nationale Populaire, Li Zhangshu, qui n’a pas l’habitude de s’exprimer à titre personnel, a déclaré : « Il faut une plus grande coopération pour lutter contre les interférences extérieures, les sanctions et la juridiction au bras long ». Il a été encore plus explicite lors de sa rencontre, quelques jours plus tard, avec son homologue, le Président de la Douma, Vyacheslav Volodin, n’hésitant pas à dire : « Sur le problème de l’Ukraine, les Etats-Unis et l’OTAN s’étendent directement jusqu’au seuil de la Russie, menaçant la sécurité nationale et la vie des citoyens russes. Compte tenu des circonstances, la Russie a pris les mesures nécessaires. La Chine le comprend et nous nous coordonnons dans divers domaines »

  Il n’y a rien là qui ait été contredit par la suite par Xi Jinping. En tant que Président du pays fondateur de l’OCS, celui-ci, à l’issue des travaux de ce Forum, le 16 septembre, endossait comme il se doit la déclaration finale de Samarcande : « Les pays participants désapprouvent le recours à des logiques de blocs de même que toute approche idéologique ou conflictuelle pour résoudre les problèmes internationaux ou régionaux ». Propos repris et amplifiés le 24 septembre à la tribune de l’Assemblée Générale des Nations-Unies par le Ministre chinois des Affaires Etrangères, Wang Yi : « Il faut défendre la paix et condamner la guerre. Ceux qui livrent des guerres par procuration en subiront les conséquences ». A qui Wang Yi pouvait-il bien penser, lui qui ajoutait : « La pratique des sanctions est insupportable » ? Dans l’esprit biaisé de certains de nos journalistes, lorsque Xi Jinping appelle à la paix, cela veut dire qu’il condamne Poutine, mais pas Zelensky ni Biden. Et les « guerres par procuration » ne sont pas le fait des Américains ou des Européens.

On peut lire, dans une analyse du CSIS (Center for Strategic and International Studies), que l’invasion de l’Ukraine a resserré les liens militaires entre la Russie et la Chine. Et d’ailleurs la Chine a bien participé, du 1er au 7 septembre, aux côtés de la Biélorussie, de la Syrie et de l’Inde, aux manœuvres Vostok 22, impliquant  50 000 hommes avec 140 aéronefs, 60 navires de guerre et 5 000 pièces d’armement . Une simulation de déminage en mer du Japon eut également lieu à cette occasion.

Au-delà des déclarations, les intérêts de la Chine et de la Russie sont trop imbriqués pour que les deux pays ne se soutiennent pas. Sans parler des relations économiques, que tout le monde connaît (ne serait-ce que les ventes de pétrole russe à la Chine), au plan politique il y a également beaucoup d’intérêts communs. En Asie centrale les deux puissances se ménagent. La Chine, qui se concentre sur son projet « Belt and Road Initiative », laisse la Russie faire le ménage lorsque des troubles surgissent au Kazakhstan. Elle la laisse tenter d’arbitrer les conflits frontaliers entre le Tadjikistan et le Kirghizistan. De son côté, Poutine soutient la politique « musclée » de Xi au Xinjiang, pour ne pas parler du Tibet où la Russie a depuis longtemps renoncé à exercer une influence (on est loin du Grand Jeu). Et son attitude à l’égard de Taiwan est, du point de vue de Pékin, irréprochable. Dans ces conditions, un accord tacite de Pékin aux actions de Moscou en Ukraine paraît logique, même s’il ne peut pas être claironné. Xi essaie de ne pas trop provoquer les Etats-Unis (les intérêts économiques sont trop importants pour que la Chine ne coure pas le risque d’être soumise à son tour à des sanctions) même si ceux-ci ne se gênent pas pour titiller Pékin à propos de Taiwan (cf. la visite assez inopportune de Nancy Pelosi, dont chacun sait, au demeurant, qu’elle est incontrôlable). Malgré tout, à la veille du 20è Congrès du Parti Communiste Chinois, il se doit d’apparaître comme un homme d’Etat d’envergure mondiale, indépendant… mais responsable.

Il n’en reste pas moins que, quand la crise actuelle sera dernière nous, les tensions traditionnelles réapparaîtront et que la Chine ne se privera pas de reprendre sa dénonciation des traités inégaux et ses revendications sur les territoires d’Extrême-Orient annexés par la Russie au XIXè siècle.

Partager cet article :

1 Comment

  1. Emmanuel Huyghues Despointes

    Répondre

    Je suis d’accord avec cet article, sauf sur le dernier paragraphe : en effet, la Chine ne remettra pas en cause les frontières de la Russie tant que la Nouvelle Route de la Soie ne sera pas définitivement installée, ce qui prendra des dizaines d’années. Pour l’instant, la Russie et la Chine ont trop besoin l’une de l’autre pour se quereller

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma