Scott Ritter, est un ancien inspecteur américain de la commission spéciale des Nations Unies (UNSCOM) en Irak entre 1991 et 1998. Dans la période qui précède la guerre américaine en Irak en 2003, il devient l’un des détracteurs américains les plus connus de la politique des États-unis vis-à-vis de l’Irak, et, selon le New York Times, « le sceptique le plus fort et le plus crédible de l’affirmation de l’administration Bush selon laquelle Saddam Hussein cachait des armes de destruction massive ».

Alexander Mercouris est écrivain, spécialisé dans les affaires internationales, avec un intérêt particulier pour la Russie et pour le droit. Il a beaucoup écrit sur les aspects juridiques de l’espionnage de la NSA et sur les événements en Ukraine en termes de droits de l’Homme, de constitutionnalité et de droit international. Il a travaillé pendant 12 ans à la Royal Courts of Justice de Londres en tant qu’avocat, spécialisé dans les droits de l’Homme et le droit constitutionnel.

Nous engageons tous nos lecteurs à prendre le temps d’écouter intégralement ce
magistral débat entre des spécialistes connus et reconnus, des hommes à la fois de terrain et de réflexion mais aussi d’une grande lucidité et mus par une véritable honnêteté intellectuelle.
Leur discussion est riche d’enseignements considérables qui doivent sans plus attendre réorienter notre réflexion comme l’approche diplomatique de la France s’agissant du conflit ukrainien .
Comme ils le démontrent abondamment chiffres à l’appui, “la guerre est perdue mais elle n’est pas finie”.
Ce sont les États-Unis et l’Europe qui tiennent l’avenir de la population et de l’économie ukrainiennes entre leurs mains, après avoir définitivement perdu la Russie et renforcé singulièrement son pouvoir et son assurance en tant que nation souveraine.
Plus nous nous entêterons, plus le bilan humain, stratégique et géopolitique s’alourdira essentiellement à nos dépens.

Partager cet article :

6 comments

  1. Vinnie Reb

    Répondre

    Great broadcast, with great people that I enjoy elsewhere too. We need more of the likes of Scott Ritter and Alexander. Fortunately, there are a bunch of people like y’all in many nations in the West. I was thinking about Col. Douglas McGregor too, with similar views and input.
    The American leadership that I can see to be up to the task is Trump, DeSantis, Flynn and other promising patriots.
    In Europe, there are several political movements fighting for sovereignty of their own nations, and therefore for democracy. I have little hope for these nations, except that the only way to avoid destruction, is to have these people in power, and fast. Otherwise, this continent is doomed as it will be sacrificed by the same masters that control the Macron, Trudeau, Biden et al of the Western world.

  2. Vinnie Reb

    Répondre

    Europeans invented diplomacy – especially the French, in the 1700s, I believe.

    I agree with Alexander’s conclusion about our complacency and arrogance. As a Westerner myself, I’m fed up with Western arrogance. We need a collective kick in the ass. I’ve been fighting the EU (and the whole array of supranational organisations that rip us off of our sovereignty) – I’m done with the likes of Macron, Biden, Trudeau, etc, all of them puppets of their globalist masters and puppeteers. Only when rid of them all and of those organisations, we’ll be able to rebuild our nations up to what We The People want for ourselves.

  3. Vinnie Reb

    Répondre

    We don’t need a buffer between Russia and NATO in Europe. We need to have both NATO and the EU to be dismantled ! Each country, according to their own interests, have to build their own defense. For that, they need to regain their sovereignty – hence the dismantling the EU is a prerequisite.

  4. Répondre

    Humeur
    Brève histoire XXIéme siècle.

    Les néo-conservateurs qui dirigent les Etats-Unis en l’absence de présidents normalement cérébrés, ont compris que s’ils s’unissaient, l’Europe industrieuse et la Russie énergétique deviendraient une puissance dominante à leur détriment.

    En conséquence ils ont cru devoir multiplier les agressions et humiliations faites aux Russes en prétendant leur voler leurs bases navales de mer noire (Sébastopol) et de Syrie (Tartous) de manière à rabaisser la plus vaste Nation du Monde au rang d’une simple puissance régionale.

    Voulant punir les Russes de les avoir âprement défendues, ils leur ont infligé des sanctions servilement relayées par leur domesticité européenne.

    Mais stimulés par ces sanctions les Russes ont produit par eux-mêmes ce qui faut pour nourrir la Terre d’énergie et de grain et s’en sont trouvés renforcés, de même que leur position, partagée avec les Iraniens, dans le nord du Moyen Orient.

    Les apprentis sorciers américains ont alors décidé d’aller encore plus loin en déclenchant en 2014 des folies meurtrières sur les Russes du Dombass exécutées par leurs ilotes mis en place en Ukraine de part leur volonté : les Porochenko-Zelenski.

    Menacés par l’Otan, se sentant acculés, les Russes ont décidé de reprendre les territoires occupés par les leurs et se faisant ont provoqué des sanctions plus dures encore à leur encontre par américains et leurs sujets européens.

    Au début les « Folamour » américains se sont vivement réjouis de la guerre qu’ils avaient provoqué grâce à leur valetaille en ukraine – incidemment, pour sa perte. De fait, les Européens, tels des herbivores apeurés, se sont instantanément tournés vers les USa, leur ont abandonné la totale maîtrise de leur sécurité et ont cessé toutes relations économiques avec les Russes pour préférer l’énergie américaine au coût exorbitant.

    Mais avec le temps les satrapes états-uniens ont compris bien trop tard que les Russes avaient, en fins stratèges, depuis longtemps médité et anticipé leurs méfaits à leur propre avantage.

    En poussant leurs alliés à se priver de l’énergie Russe les USa ont ruiné l’Europe : juste sanction à la veulerie de ce continent essoufflé et impuissant.

    Les USa se sont par conséquent retrouvés seuls et sans alliés solides face au monstre qu’ils ont eux même créé : l’Eurasie.

    L’acmé de cette confrontation fut l’affaire de Taiwan que les USa ont excité selon le même scénario que celui appliqué en Ukraine.

    Les forces Russes, Chinoises et Persanes, unies depuis longtemps par un pacte secret, inaltérable et inviolable, soutenues par les puissances émergeantes, Indienne, Africaine et Brésilienne, se sont toutes et brutalement retrounées contre les anciens Maîtres du Monde.

    Économiquement d’abord en bénéficiant de l’énergie bon marché procurée par les Russes et les Iraniens, en commerçant dans leur propre devise et non plus en dollar, en ayant mis en place un système financier autonome et puissant puisque non endetté et en liquidant de manière brutale et concertée leurs bons du trésor US pour en effondrer la valeur.

    Moralement, par la cohésion née d’un idéal ancestral partagé par des peuples virils que leur soif de revanche décuple, les rendant invincibles grâce au temps long de leurs régimes et au contrôle de la toxicité des médias.

    Militairement enfin, à la mi-temps du siècle, en ayant rattrapé le monstre américain qui dû se replier sur son territoire pour s’étioler lentement et enfin disparaître, simplement par l’effet des divisions de sa population éclatée en communautés imbéciles qui exacerbent continuellement leurs antagonismes puérils sur les réseaux sociaux.

    Pour avoir poussé les Russes dans les bras des Chinois, les néo-conservateurs américains et leurs vils auxiliaires européens ont liquidé l’Occident.

    La bêtise est punie de mort. Il en est ainsi; c’est écrit ! Et la sanction n’est pas injuste.

    Il n’est pas indispensable de souhaiter vouloir vivre cette séquence navrante de l’histoire des hommes.

    Septembre 2022

  5. Louisiane

    Répondre

    A les écouter, l’espoir d’une évolution positive se lève en nous. Ce sont des professionnels issus de l’Occident, libres dans leurs analyses, informés, lucides, courageux et simples dans leur propos. Merci.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma