Dans un texte de haute tenue, l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République relève des analogies entre la situation internationale née de la guerre en Ukraine et l’état de l’Europe en juillet 1914. Sans renvoyer dos à dos l’agresseur et l’agressé, et tout en distinguant le bellicisme de Moscou et le discours désormais martial de Washington, il s’alarme du durcissement des positions en présence qui ne laisse aucune place à une initiative diplomatique et à une désescalade.  

      Ukraine : nous marchons vers la guerre comme des somnambules  

      Nous marchons vers la guerre comme des somnambules. J’emprunte cette image au titre du livre de l’historien australien Christopher Clark sur les causes de la Première Guerre mondiale : Les Somnambules, été 1914 : comment l’Europe a marché vers guerre. 

      « Le déclenchement de la guerre de 14-18, écrit-il, n’est pas un roman d’Agatha Christie (…) Il n’y a pas d’arme du crime dans cette histoire, ou plutôt il y a en a une pour chaque personnage principal. Vu sous cet angle, le déclenchement de la guerre n’a pas été un crime, mais une tragédie ». En 1914, aucun dirigeant européen n’était dément, aucun ne voulait une guerre mondiale qui ferait vingt millions de morts mais, tous ensemble, ils l’ont déclenchée. Et au moment du Traité de Versailles aucun ne voulait une autre guerre mondiale qui ferait soixante millions de morts mais, tous ensemble, ils ont quand même armé la machine infernale qui allait y conduire. 

      Dès le 7 septembre 1914, après seulement un mois de guerre, le chef du grand état-major allemand qui avait tant plaidé pour que l’Allemagne attaquât avant d’être attaquée écrivait à sa femme «: Quels torrents de sang ont coulé (…) j’ai l’impression que je suis responsable de toutes ces horreurs et pourtant je ne pouvais agir autrement. » 

      « Je ne pouvais agir autrement » : tout était dit sur l’engrenage qui mène à la guerre. Engrenage qui est d’abord celui par lequel chaque peuple se met à prêter à l’autre ses propres arrière-pensées, ses desseins inavoués, les sentiments que lui-même éprouve à son égard. C’est bien ce que fait aujourd’hui l’Occident vis-à-vis de la Russie et c’est bien ce que fait la Russie vis-à-vis de l’Occident. L’Occident s’est convaincu que si la Russie gagnait en Ukraine, elle n’aurait plus de limite dans sa volonté de domination. À l’inverse, la Russie s’est convaincue que si l’Occident faisait basculer l’Ukraine dans son camp, ce serait lui qui ne contiendrait plus son ambition hégémonique.

Retrouvez la suite de l’article sur Le Figaro, https://www.lefigaro.fr/vox/monde/henri-guaino-nous-marchons-vers-la-guerre-comme-des-somnambules-20220512

 

 

Partager cet article :

3 comments

  1. Roland Paingaud

    Répondre

    L’historiographie pédantesque (les faits et gestes de Moltke, etc.) rate les sources, sinon les déclencheurs, de 14-18 depuis un siècle :
    le bloc anglo-saxon d’alors ne supporte pas la suprématie (grandissante) industrielle du bloc ALLEMAGNE-AUTRICHE-HONGRIE ; au premier incident stratégiquement insignifiant (SARAJEVO) la haine semée par les réseaux mercantiles anglo-saxons germe en logique populaire de guerre ; l’ALLEMAGNE harassée hargneusement par la Triple Entente (levier anglo-saxon, comme l’OTAN aujourd’hui) ayant pressé l’AUTRICHE-HONGRIE de déclarer la guerre à la SERBIE en Juillet pour l’assassinat de son archiduc en Juin (SARAJEVO) , la RUSSIE, malheureusement de la Triple Entente, mobilise ( mais sans déclaration de guerre ) pour avertir l’AUTRICHE-HONGRIE de ne pas détruire les nations slaves des BALKANS dans son sud, mobilisation qui « force » l’ALLEMAGNE à déclarer la guerre à la RUSSIE en Août ;
    de là, le mécanisme de la Triple Entente produit la I° G.M..
    Les thèses fallacieuses de la littérature anglo-saxonne qui est, par sa masse, prédominante dans les élites mondiales, nationalistes de FRANCE compris malheureusement, sont à l’œuvre aujourd’hui même ; la haine actuelle des élites états-uniennes et ouest-européennes pour la RUSSIE, semée par tous les moyens disponibles, y compris criminels (ONG-CIA, presses détenues par financiers, relais Soros, falsifications du type BOUTCHA, …) , est le même processus qu’en période pré-guerre de 14.
    Les Judéo-Anglo-Saxons, qui changent d’alliance en permanence, font jouer le rôle du bloc germano-hongrois de 14 aujourd’hui à la RUSSIE, qui refuse la prévalence du marché sur la nation, ce que l’expansion des réseaux mercantiles derrière l’OTAN ne peut supporter, et suscitent la guerre en EUROPE contre « l’inacceptable menace démocratique » ( BHL, Glucksmann, … Nuland, Blinken, …) qu’est la RUSSIE !!
    Si nous sommes toujours là après une guerre EUROPE-RUSSIE, la littérature anglo-saxonne diffusera mondialement l’idée que la marche à la guerre en EUROPE a bien eu des déclencheurs, « mais aucune explication évidente » .

  2. Emmanuel Huyghues Despointes

    Répondre

    J’avoue ne pas partager l’analyse d’Henri Guaino, même s’il écrit des choses intéressantes. En effet, la guerre de 14 a eu lieu parce que Moltke, Chef du Grand-Etat Major voulait une guerre préventive pour écraser la Russie dont il redoutait la puissance à venir. Dans ce but, il a poussé Guillaume II a refusé toutes les offres de négociation de paix proposées par la Grande-Bretagne, notamment une conférence à cinq, à savoir Grande-Bretagne, Allemagne, France, Autriche, Russie et a couvert l’ultimatum autrichien à la Serbie, qui était inacceptable … et que la Serbie a accepté, sur fortes pressions russes, comme l’a reconnu l’ambassadeur d’Allemagne à Saint Petersbourg.
    Mais, parce que l’Autriche et l’Allemagne voulaient la guerre, elles ont considéré que l’ulimatum était repoussé et ont déclaré la guerre.
    Dans le cas ukrainien, deux options sont possibles :
    1) suivre la ligne Kissinger / Macron et trouver un compromis territorial, à savoir la cession du Dombass et de la Crimée à la Russie, comme au 19ème siècle. Pour cela, fournir tous les armements nécessaires à l’Ukraine pour faire comprendre à Poutine qu’il doit négocier sérieusement et c’est le seul langage que les russes comprennent, comme l’a prouvé la Crise des Euromissiles (1977/87) ;
    2) suivre la ligne Biden / Johnson et transformer la crise ukrainienne en « nouvel Afghanistan » pour anéantir la puissance russe ; cette ligne nous conduira tout droit à un affrontement militaire avec la Russie

  3. Roland Paingaud

    Répondre

    Henri Guaino est une plume de premier ordre.
    Ca ne fait pas tout.
    Oscar Wilde est toujours un auteur notoire ; est-ce qu’Oscar Wilde aurait été la force morale à suivre en cas de cataclysme ?
    On peut en douter irrésistiblement.
    Henri Guaino s’obstine à publier sur le pro-cosmopolite Figaro qui, malgré la légende, est beaucoup plus proche de Soros que de de Gaulle.
    H.Guaino fait-il vraiment passer la nation avant les ovations ?
    Le résultat est pourtant modérément brillant : les commentaires de cet article sur Le Figaro, dont les quelques lecteurs nationalistes sont partis, traînent Guaino dans la boue.
    Il est difficile d’oublier complètement que le pseudo-droite Sarkozy avait choisi Guaino.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma