Article rédigé par Renaud Girard, membre du Comité d’orientation stratégique de Geopragma.

          « L’Amitié entre le peuple chinois et le peuple russe est solide comme un roc et les perspectives de coopération future sont immenses » a affirmé devant la presse, le lundi 7 mars 2022, le ministre chinois des Affaires étrangères. C’est une inflexion majeure de la politique chinoise qui, jusqu’à présent considérait le respect de l’intégrité territoriale des Etats comme la pierre angulaire des relations internationales. 

          En leur for intérieur, les dirigeants communistes chinois n’approuvent pas l’invasion de l’Ukraine décidée par Vladimir Poutine. La séquence russe actuelle contre l’Ukraine leur rappelle trop la séquence japonaise contre leurs grands-parents. Le Donbass de 2014 leur rappelle l’invasion de la Mandchourie de septembre 1931. L’invasion générale de l’Ukraine leur rappelle l’agression japonaise de 1937 et la prise de Pékin dès le mois d’août 1937.

          Mais les hiérarques chinois taisent leur réprobation, afin de s’enfoncer dans la brèche stratégique que leur a ouverte le président russe. Les sanctions générales décidées par les Occidentaux contre la Russie vont à moyen terme faire d’elle un vassal économique de la Chine. Les stratèges de Pékin ne pouvaient pas laisser passer une pareille aubaine.

          Quand vous entrez dans un grand magasin à Moscou, les étalages sont parfois mieux garnis qu’à Paris. Mais la plupart des produits sont importés d’Europe, d’Amérique du nord ou de Chine. Le problème pour les Russes est désormais qu’ils n’ont plus accès aux services financiers de l’Occident (paiements Swift, cartes de crédit internationales, prêts en euros et en dollars, virements sécurisés, etc.). Donc ils devront passer par la Chine pour importer les produits qui leur manqueront. Les Russes rêvent d’un système financier mondial qui ne soit plus sous la coupe des Etats-Unis. Ils veulent créer, avec les Chinois, un système de paiements internationaux alternatif à l’hégémonie du dollar. Mais ce nouveau système sera forcément chinois. 

          En attendant, les grandes banques chinoises se montrent courageuses, mais pas téméraires. Comme elles ne veulent pas prendre le risque d’être interdites d’accès aux marchés du dollar et de l’euro, elles ne contournent pas au profit de la Russie les interdictions décidées à Washington et à Bruxelles.

           Les Chinois utiliseront la Russie comme leur premier fournisseur d’énergie et de métaux. Ils la gaveront de produits manufacturés. Ils feront de grandes réceptions diplomatiques pour louer leur partenariat avec Moscou. Mais ils auront l’intelligence de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier. Pour les hydrocarbures, ils garderont des liens d’approvisionnement avec l’Iran et avec les pétromonarchies arabes du Golfe Persique. Les Emiratis font de moins en moins confiance aux Américains. Voilà pourquoi, aujourd’hui, ils ont choisi la France comme plan B en matière de sécurité, et la Chine comme nouveau client privilégié de leur pétrole et de leur gaz.

           Sur le long terme, la colonisation chinoise de la Sibérie continuera. Il sera en effet très difficile à Vladimir Poutine de refuser des visas aux Chinois désireux de résider en Russie.

           Bref les Chinois sont les grands gagnants de cette guerre absurde entre frères russes et ukrainiens. Ils l’observent calmement, constatant qu’elle n’est pas guerre de civilisation mais plutôt sanglante querelle de famille. 

           Les Chinois sont heureux de tirer toutes sortes de leçons. Ils voient la difficulté qu’a l’armée russe à avancer dans les villes face à un adversaire déterminé à se battre. Ils admirent le talent des Ukrainiens dans la communication. Ils constatent la capacité de l’Occident à resserrer les rangs dès lors qu’il est menacé. Ayant étudié tout cela, ils vont se montrer très prudents avant d’envahir Taïwan.

           Les Chinois sont les grands gagnants de cette affaire et ils sont les seuls. Les autres acteurs géopolitiques sont tous perdants, à des degrés divers et sous des formes diverses. Les Ukrainiens ont gagné la sympathie du monde occidental, mais ça ne leur rendra pas leurs morts, ni leurs immeubles détruits. Les Russes sont d’ores et déjà de très grands perdants car occuper un champ de ruines n’a jamais rien rapporté à personne. Leur économie va prendre un retard qui sera très difficile à rattraper par les jeunes générations post-Poutine. 

           Les Etats-Unis sont de très petits perdants, car ils pourront vendre du gaz de schiste à l’Europe. Plus que jamais guidés par leurs émotions, les Européens seront de grands perdants car ce sont eux – pas leurs alliés américains – qui faisaient beaucoup de commerce avec les Russes.

           L’imprudence des Occidentaux à n’avoir pas fermé définitivement, en avril 2008, l’accès à l’Otan, et l’agression folle de Poutine apparaissent comme un cadeau du ciel aux Chinois. Ils ne s’y attendaient pas le moins du monde.

Partager cet article :

1 Comment

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Geopragma