Editeur

Geopragma

3 rue de Chaillot
75116 Paris

Geopragma est une association enregistrée sous le SIREN 850 672 627.

Directeur de la publication : Caroline Galactéros, Présidente

 

Hébergement

Le présent Site est hébergé chez OVH : 

2 rue Kellermann – 59100 Roubaix.

Tél : 0899 701 761

 

Objectif et qualité des contenus

Geopragma s’efforce de fournir une information de qualité et vérifiée, toutefois si une information semble inexacte ou contient une erreur typographique, vous pouvez le signaler à l’administrateur du site via l’adresse desk@geopragma.fr

 

Réutilisation des contenus

Sauf mention contraire, la réutilisation des contenus de geopragma.fr est soumise aux règles précisées ci-dessous. Les demandes d’autorisation de reproduction d’un contenu doivent être adressées à la rédaction du site en écrivant à l’adresse email desk@geopragma.fr ou à l’adresse sociale :

Geopragma

3 rue de Chaillot
75116 Paris

L’utilisateur qui souhaite réutiliser les contenus ainsi mis à disposition doit impérativement indiquer :

  1. Le titre associé au contenu,
  2. La paternité du contenu par la mention suivante : « Source : Geopragma – https://www.geopragma.fr »,
  3. Le suivi de la date à laquelle le contenu a été extrait du site : « JJ/MM/AAAA »,
  4. L’indication de la date de l’accord sous lequel le contenu ou la donnée a été mis à disposition par Geopragma.

Respect des réglementations

Le site est mis en place par Geopragma dont le siège est en France. Geopragma est soumis au droit français et en cas de litige, seuls les tribunaux français seront compétents. Les internautes, ayant accès au site depuis d’autres endroits que la France, doivent s’assurer du respect des lois localement applicables.

 

Accès au site

Geopragma se réserve le droit pour toutes raisons et à sa seule discrétion de résilier, de modifier, de suspendre ou d’interrompre l’accès à tout ou partie du site, y compris notamment le contenu, les fonctionnalités ou les heures de disponibilité sans avis préalable.

Les tentatives non autorisées de chargement d’information, d’altération des informations, visant à causer un dommage et d’une manière générale toute atteinte à la disponibilité et l’intégrité de ce site sont strictement interdites et seront sanctionnées par le code pénal.

Ainsi l’article 323-1 du code pénal prévoit que le fait d’accéder ou de se maintenir frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données (c’est le cas d’un site Internet) est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende. L’article 323-3 du même code prévoit que le fait d’introduire frauduleusement des données dans un système de traitement automatisé ou de supprimer ou de modifier frauduleusement les données qu’il contient est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.