Interview réalisée par Caroline Galactéros* en octobre 2019

CG: I realized that more than ever Artsakh is in fact a unique place but has also a central role to play on the global security chessboard. How do you analyze the current state of international relations? What is important for you in terms of cooperation and what do you think about its evolution?

Masis Mayilyan: Artsakh provides security in the region. It has a strong army and a policy of deterrence in order to prevent a new war. The policy of Azerbaijan is to try to solve the problem by the use of force, and by having an army we have an opportunity to play the role of peacekeeper in the region. It is very important to understand that our army is playing a role for maintaining stability and security in our region. It’s very important that the international community understands that our forces, in fact, exercise the function of peacekeeping mission. Since it is very expensive, very difficult and not all countries in the region are interested in having here such forces. It’s cheaper and much more effective and efficient to have a strong army …

CG: Than having an international operation?

Masis Mayilyan: Yes, because they have to play the same role but I can’t say more than that. Our army has been doing a very good job for the past 25 years. What’s important to know is that we’re a provider of security. We think we are living in very difficult times, in a difficult world for the past decade, for example, in the Middle East, which is only 400-500 hundred kilometers away from us. During the past decade we had the Syrian crisis, the Kurdish situation, the situation between Ukraine and Russia, the crisis between Georgia, Russia, and the South Ossetia…Then there is the situation between the United States with Iran who is our neighbor with more than one hundred kilometers common border. We’re observing closely the whole situation. We are doing our best to maintain security. Otherwise, if something happens here in Artsakh, on the frontline between Artsakh and Azerbaijan, it can cause a crucial destabilization. We’re doing our best with our opportunities, our potential.

CG: There is still the question of the status of Artsakh, of the Minsk process. What about its future and what role could France play?

Masis Mayilyan: Our status is very important, we’re an independent country, not yet recognized internationally, however we meet all the standards. This is a political question that a country is not recognized by some countries that have some geopolitical interests, like they do in Kosovo etc. Now we are well prepared, better prepared than Kosovo was. As you know the international community implemented many programs to bring it to the required standards and recognize the status of Kosovo.

In our case, without the help of the international community, we created our country and our strong institutions and they are very efficient. We spoke about our army and other important institutions which are working. The international recognition and international status of Artsakh is connected with security in the region. International recognition, also by your country, would help to strengthen the security in our region. Because what is happening now? In 1991, in the territory of ex-Soviet Union and ex-Soviet Azerbaijan were created two countries: the Republic of Azerbaijan and what we call now the Republic of Artsakh. But the international community recognized only Azerbaijan and not Artsakh. For Azerbaijan it was a signal, that it has the carte blanche to start war against the sovereign Republic of Artsakh, trying to expand its sovereignty. It was a very wrong signal for Azerbaijan. Now, in contrast, if the international community will recognize the Republic of Artsakh, it will be another signal to Azerbaijan that we are an internationally recognized country. In this situation they are still thinking they can use force to expand their sovereignty over Artsakh.

CG: Because only Nagorno-Karabagh was an autonomous region in Azerbaijan?

Masis Mayilyan: In Soviet Azerbaijan. We were never part of an independent Azerbaijan because Azerbaijan was also part of another empire. During thousands of years, Artsakh stayed united, Armenians lived there, and the 70 years of the Soviet Empire were by contrast a very short time. It is not enough of a reason for Azerbaijan to claim our territory. It’s a very short period in history, it’s just one second episode in a history of thousands of years. Even at that time we had autonomy, a sort of statehood. So, we created our state using the same legislation then Azerbaijan and other Soviet Republics used to proclaim their independence. We’ve never been part of Azerbaijan and we’ll never be part of Azerbaijan. We’ll be independent.

CG: Hearing you gives me an idea. Your problem is an image problem, it’s a perception problem of the role of Artsakh. You said that Artsakh could have a different perceived role. What would you say about a first step in a formal conference about the regional role of Artsakh, not as a problem but as a solution?

Masis Mayilyan. This Friday we’re organizing such a conference for the Friends of Artsakh with more than 20 countries participating. The international recognition of Artsakh has started: nine states from the United States already recognized Artsakh. We have more than 20-25 sister cities in Europe, United States, South America, Australia, and the Middle East. We have different friendship groups in parliaments, not only with members of parliaments, but also with academicians, think tanks, and cultural luminaries. This process is ongoing. And we hope that one day also central governments of many states, such as France will recognize us. We have 12 sister cities in your country alone. The departments of La Drôme, two to three weeks ago also Isère recognized our independence. This is helping us to de-isolate our country, to create opportunities for our communities, and to have international relations. We are establishing international cooperation with different actors, mainly in the fields of culture, education, and economy…

CG: What about Russia and China and this new Silk Road? It is also important to opening up in a way international relations?

Masis Mayilyan. The idea of the Silk Road is interesting for us. We hope that one day this road will pass through our territory because as I said we are against isolation and in favor of international cooperation, we’re open to the world, also in terms of economic cooperation. And historically, one of the roads passed through Artsakh and there was even a production of silk goods. Historically we were part of it and we hope that in the future we will have such an opportunity again.

CG: So, you have good relations with China? Chinese officials?

Masis Mayilyan. Not officials, but some ties in fields of business and tourism. I also said we have a border with Iran, we have connections with Iran and I hope that one day we will have enough infrastructures to connect China and Europe through Artsakh. And through the Republic of Armenia we are also benefiting from such a cooperation.

CG: There is perhaps a kind of contradiction because in fact you have a Eurasian dimension with Iran, Russia, China, and Turkey?

Masis Mayilyan. Our country is placed between Asia and Europe. I mean that we can connect these two parts of the world. We can be a bridge. We’re not seeing this situation as a confrontation; we do not want to be a point of confrontation between big powers. For example, it’s very clear that France, Russia, and the United States are working coherently as mediators on Artsakh issue.

CG: Presently there are tensions among this group…

Masis Mayilyan: No, they’re working together. Not everything depends on them. Since Azerbaijan is a destructive party what can the Minsk Group do? Of course, they are trying to be active, trying to support the process. They are working together, transparently, and they’re happy to be able to do so because they’re discussing not only the Karabagh problem… When we are speaking about the Silk Road, Russia, Europe, Iran, China … I think we can play a positive and constructive role. In our case, we’re trying to connect them all together.

Article en français :

Interview avec Masis Mayilyan, ministre des Affaires étrangères d’Artsakh

CG : J’ai réalisé que l’Artsakh est en fait un endroit unique, mais qu’elle a aussi un rôle central en matière de sécurité sur l’échiquier mondial. Comment analysez-vous l’état actuel des relations internationales ? Qu’est-ce qui est important pour vous en matière de coopération et que pensez-vous de son évolution ?

Masis Mayilyan : L’Artsakh assure la sécurité dans la région. Elle a une armée forte et une politique de dissuasion qui lui permet d’éviter une nouvelle guerre. La politique de l’Azerbaïdjan est d’essayer de résoudre le problème par le recours à la force, et avec notre armée, nous avons la possibilité de jouer un rôle de maintien de la paix dans la région. Il est très important de comprendre que notre armée joue un rôle pour maintenir la stabilité et la sécurité dans notre région. Il est très important que la communauté internationale comprenne que nos forces exercent en réalité la fonction de maintien de la paix. C’est moins cher et beaucoup plus efficace et avantageux d’avoir une armée forte…

CG : Que d’avoir une opération internationale ?

MM : Oui, car ils doivent jouer le même rôle mais je ne peux pas en dire plus que ça. Notre armée fait du très bon travail depuis 25 ans. Ce qui est important à savoir, c’est que nous sommes un élément régional de sécurité. Nous pensons que nous vivons à une époque très difficile, dans un monde difficile depuis une dizaine d’années, par exemple, au Moyen-Orient, qui n’est qu’à 400-500 kilomètres de nous. Au cours de la dernière décennie, nous avons eu la crise syrienne, la situation kurde, la situation entre l’Ukraine et la Russie, la crise entre la Géorgie, la Russie et l’Ossétie du Sud… Ensuite, il y a la situation entre les États-Unis et l’Iran, notre voisin avec qui nous avons une frontière commune de plus de cent kilomètres. Nous observons de près toute la situation. Nous faisons de notre mieux pour maintenir la sécurité. Sinon, si quelque chose se passait ici en Artsakh, sur la ligne de front entre l’Artsakh et l’Azerbaïdjan, cela pourrait provoquer une déstabilisation critique. Nous faisons de notre mieux avec nos moyens, notre potentiel.

CG : Il y a encore la question du statut de l’Artsakh et du processus du Minsk. Qu’en est-il de son avenir et du rôle que la France pourrait jouer ?

MM : Notre statut est très important, nous sommes un pays indépendant, pas encore reconnu internationalement bien que nous en respections toutes les normes. Il s’agit d’une question purement politique quand un pays n’est pas reconnu par d’autres qui ont des intérêts géopolitiques à ne pas le reconnaître comme ils ont reconnu le Kosovo. Nous sommes maintenant bien préparés, mieux préparés que le Kosovo. Comme vous le savez, la communauté internationale a mis en œuvre de nombreux programmes pour amener ce pays aux normes requises et reconnaître son statut.

Dans notre cas, sans l’aide de la communauté internationale, nous avons créé notre pays et nos institutions fortes et elles sont très efficaces. Nous avons évoqué notre armée et d’autres institutions importantes qui fonctionnent bien. La reconnaissance par la communauté internationale et la question internationale du statut de l’Artsakh sont liées à la sécurité dans la région. La reconnaissance internationale, également par votre pays, contribuerait au renforcement de la sécurité dans notre région. Qu’est-ce qui se passe actuellement ? En 1991, sur le territoire de l’ex-Union soviétique et de l’ex-Azerbaïdjan soviétique ont été créés deux pays : la République d’Azerbaïdjan et ce que nous appelons aujourd’hui la République d’Artsakh. Mais la communauté internationale n’a reconnu que l’Azerbaïdjan et non l’Artsakh. Pour l’Azerbaïdjan, c’était un signal qu’il a interprété comme une carte blanche pour déclencher la guerre contre la République souveraine d’Artsakh, en essayant d’étendre sa souveraineté. C’était un très mauvais signal à destination de l’Azerbaïdjan. Maintenant, en revanche, si la communauté internationale reconnaît la République d’Artsakh, ce sera un autre message à l’Azerbaïdjan, celui que nous sommes un pays internationalement reconnu. Alors que dans la situation actuelle, ils pensent encore qu’ils peuvent utiliser la force pour étendre leur souveraineté sur l’Artsakh.

CG : Parce que Nagorno-Karabagh était une région autonome en Azerbaïdjan ? 

MM : En Azerbaïdjan soviétique. Nous n’avons jamais fait partie d’un Azerbaïdjan indépendant parce que l’Azerbaïdjan lui-même faisait partie d’un autre empire [soviétique]. Pendant des milliers d’années, l’Artsakh est resté uni et les Arméniens y ont vécu ; par contraste, les 70 ans de l’Empire soviétique n’ont été qu’une très courte période au cours de l’histoire. Cela ne constitue pas une raison suffisante pour que l’Azerbaïdjan revendique notre territoire. C’est une très courte période de l’histoire, un épisode d’une seconde en mille ans d’histoire. Même à cette époque, nous avions l’autonomie, une sorte de statut étatique. Nous avons donc créé notre État selon la même législation [de l’URSS] que l’Azerbaïdjan et les autres républiques ex-soviétiques ont utilisée pour proclamer leur indépendance. Nous n’avons jamais fait partie de l’Azerbaïdjan et nous n’en ferons jamais partie. Nous serons indépendants.

CG : Vous entendre me donne une idée. Votre problème est un problème d’image, c’est un problème de perception du rôle de l’Artsakh. Vous avez dit que l’Artsakh pouvait avoir un rôle perçu différemment. Que diriez-vous comme première étape d’une conférence sur le rôle régional de l’Artsakh, non pas comme un problème, mais comme une solution ?  

MM : Ce vendredi, nous organisons une telle conférence pour “Les Amis de l’Artsakh” avec plus de 20 pays participants. La reconnaissance internationale de l’Artsakh a commencé : neuf États des États-Unis ont déjà reconnu l’Artsakh. Nous avons plus de 20-25 villes jumelées en Europe, aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Australie et au Moyen-Orient. Nous avons différents groupes d’amitié au sein des parlements, non seulement avec des parlementaires, mais aussi avec des universitaires, des groupes de réflexion et des sommités culturelles. Ce processus est en cours. Et nous espérons qu’un jour, les gouvernements centraux de nombreux États, comme la France, nous reconnaîtront. Nous avons 12 villes jumelées dans votre seul pays. Cela nous aide à désenclaver notre pays, à créer des opportunités pour nos collectivités et à avoir des relations internationales. Nous établissons une coopération internationale avec différents acteurs, principalement dans les domaines de la culture, de l’éducation et de l’économie…

CG : Qu’en est-il de la Russie et de la Chine et de cette nouvelle route de la soie ? Cela paraît également important pour ouvrir d’une certaine façon les relations internationales ? 

MM : L’idée de la Route de la Soie nous intéresse. Nous espérons qu’un jour cette route traversera notre territoire car, comme je l’ai dit, nous sommes contre l’isolement et en faveur de la coopération internationale, nous sommes ouverts au monde également en matière de coopération économique. Dans le passé, l’une des routes de la soie passait par l’Artsakh et il y avait même une production d’articles en soie. Historiquement, nous en faisions partie et nous espérons qu’à l’avenir, nous aurons à nouveau une telle occasion.

CG : Donc vous avez de bonnes relations avec la Chine et les officiels chinois ?

MM : Nous n’avons pas de relation officielle, mais quelques liens dans les domaines des affaires et du tourisme. J’ai également dit que nous avons une frontière avec l’Iran, que nous avons des relations avec l’Iran et j’espère qu’un jour nous aurons suffisamment d’infrastructures pour relier la Chine et l’Europe à travers l’Artsakh. Et à travers la République d’Arménie, nous bénéficions également d’une telle coopération.

CG : Il y a peut-être une sorte de contradiction parce qu’en fait vous avez une dimension eurasienne avec l’Iran, la Russie, la Chine et la Turquie ? 

MM : Notre pays se situe entre l’Asie et l’Europe. Je veux dire que nous pouvons relier ces deux parties du monde. Nous pouvons être un pont. Nous ne voyons pas cette situation comme une confrontation, nous ne voulons pas être un point de confrontation entre les grandes puissances. Par exemple, il est très clair que la France, la Russie et les États-Unis travaillent de manière cohérente en tant que médiateurs sur la question de l’Artsakh.

CG : Actuellement, il y a des tensions au sein de ce groupe…

MM : Non, ils travaillent ensemble. Mais tout ne dépend pas d’eux. Que peut faire le groupe de Minsk si l’Azerbaïdjan joue un rôle destructeur ? Bien sûr, ils essaient d’être actifs, de soutenir le processus. Ils travaillent ensemble de manière transparente, et ils sont heureux de pouvoir le faire parce qu’ils discutent non seulement du problème du Karabagh… Quand nous parlons de la Route de la Soie, de la Russie, de l’Europe, de l’Iran, de la Chine… je pense que nous pouvons jouer un rôle positif et constructif. Dans notre cas, nous essayons de les connecter tous ensemble.

Pour plus d’informations sur ce voyage :

Pour consulter l’intégralité du numéro 29 de la revue Europe et Orient de juillet/décembre 2019 : https://edsigest.blogspot.com/2019/11/eo-29-le-monde-dans-un-jeu-de-go.html et https://europeetorient.blogspot.com/

Geopragma adresse tous ses remerciements aux Editions SIGEST pour leur aimable contribution à la réalisation de ces interviews.

*Caroline Galactéros, Présidente de Geopragma

Partager cet article :
Geopragma