Élections indonésiennes

Le Billet du Lundi du 30 septembre 2019, par Gérard Chesnel*

 

Le nouveau mandat du Président Widodo débutera le 20 octobre prochain. A cette occasion, Gérard Chesnel évoque les divers rebondissements des dernières élections indonésiennes. 

 

Le 17 avril dernier ont eu lieu simultanément les élections présidentielles et les élections législatives indonésiennes. L’évènement n’a guère intéressé la presse française. Il est vrai que l’Indonésie n’est que la quatrième puissance démographique mondiale (derrière la Chine, l’Inde et les États-Unis) et le premier pays musulman de la planète. Accessoirement, c’est également la deuxième démocratie d’Asie (après l’Inde).

To be Muslim or not to be. That is, in Indonesia today, a very important question. Il y a tout juste deux ans, le Gouverneur de Jakarta, le très talentueux Basuki Tjahaja Purnama (communément appelé Ahok), un Chinois chrétien, a été condamné à deux ans de prison pour « blasphème contre le Coran ». Il avait osé dire, alors qu’il faisait campagne pour sa réélection comme gouverneur, que ses opposants utilisaient à tort la sourate « Al Maidah » pour dissuader les électeurs de voter pour lui. Selon certains « croyants », cette sourate signifierait que les Musulmans ne peuvent pas être gouvernés par un incroyant. Malgré l’amitié que lui témoignait le Président Joko Widodo, Ahok n’a pas échappé à la condamnation et, dans la foulée, a perdu les élections !

Cette mésaventure aura sans doute servi de leçon au Président, en quête lui aussi de réélection. Laissant tomber son ancien vice-Président, Muhammad Jusuf Kalla (qui, il est vrai s’était illustré en suggérant que les touristes moyen-orientaux pourraient épouser des veuves indonésiennes pendant la durée de leur séjour en Indonésie), il a choisi cette fois le candidat à la vice-présidence le moins susceptible de déplaire aux Musulmans : Ma’ruf Amin, Président du Conseil des Ulémas d’Indonésie et Président du principal parti musulman, le Nahdlatul Ulama. En face de lui, un ancien militaire reconverti dans les affaires, ancien gendre de Suharto, Prabowo Subianto, qu’on dit proche d’une organisation extrémiste, le Front des Défenseurs de l’Islam. Pendant sa période militaire, ce sympathique personnage s’était illustré en assassinant le Premier Ministre de Timor oriental puis en commettant des exactions contre des civils en Papouasie occidentale (maquillant un hélicoptère militaire avec le drapeau de la Croix Rouge).

Les deux candidats avaient axé leur campagne l’un (Joko Widodo) sur la lutte contre la corruption, l’autre (Prabowo) sur l’idée d’une « grande Indonésie » (qui n’est pas sans rappeler « America great again »). Les électeurs ont préféré la continuité en réélisant Joko avec 55,50% des voix (soit 17 millions de voix de plus que son adversaire). Il s’agit d’un vrai succès personnel, mais il est évident que Joko ne gouvernera pas seul et qu’il devra accorder la plus grande attention aux conseils de son co-listier. 

L’Islam est la religion de 87% des Indonésiens (quatre autres religions officielles, le protestantisme, le catholicisme, l’hindouisme et le bouddhisme se partageant les 13% restants). Sa position dominante lui a longtemps permis de conserver une attitude d’ouverture et de tolérance. Mais les progrès constants du wahhabisme sont en train d’en changer radicalement le visage. Le pays se couvre de mosquées financées par les Arabes, les femmes se voilent, ce qui n’est guère conforme aux divers costumes traditionnels (certaines se cachent même entièrement le visage sur le modèle yéménite !). Les troubles consécutifs à la chute du régime de Suharto ont vu, chose nouvelle, des affrontements meurtriers entre musulmans et chrétiens, notamment aux Moluques en 1999, où plus de 4000 personnes ont trouvé la mort. A Jakarta même, la cathédrale a fait l’objet d’un attentat à la bombe à la veille de Noël 2000. Depuis, la situation sécuritaire s’est stabilisée mais non point les idées d’intolérance qui semblent, elles, progresser lentement mais sûrement. 

Aujourd’hui règne une agitation persistante, notamment dans les milieux étudiants, qui disent ne plus avoir confiance dans la législation anti-corruption ni même dans la démocratie. A l’image de nos gilets jaunes, ils ont refusé l’offre de dialogue du Président Widodo. Faut-il voir là une manipulation de l’opposition qui conteste le résultat des dernières présidentielles ? Ce n’est pas clair.

Et pourtant, l’Indonésie a besoin de stabilité politique pour soutenir sa reprise économique. Vingt ans après la grave crise qui l’a affectée davantage encore que ses voisins d’Asie du Sud-Est, elle apparaît de nouveau comme la puissance majeure de l’ASEAN (dont le secrétariat est d’ailleurs installé à Jakarta). Il lui aura fallu du temps pour s’en sortir. Entre 1999 et 2003, la croissance annuelle moyenne du PIB n’a atteint que 3,3% contre 4,8% pour la Malaisie, 4,7% pour la Thaïlande et 4% pour les Philippines. Mais dès l’arrivée à la présidence de Susilo Bambang Yudhoyono, dont l’autorité rassurait, la croissance reprenait (5,1% en 2004). Et douze ans plus tard, avec un Président jeune et dynamique comme « Jokowi », la progression du PIB s’est établie à 9% de 2016 à 2017, pour atteindre 1074 milliards de dollars en 2018, soit 40% du PIB de l’ASEAN.

Tout n’est pas parfait pour autant. L’économie indonésienne, qui s’est longtemps reposée sur les hydrocarbures, s’est diversifiée. Ceux-ci, qui représentaient 80% des exportations en 1980, sont descendus à 15%. Ce sont les produits manufacturés qui ont pris le relais. Et aussi l’huile de palme qui, à son tour, pose problème en raison des déforestations qu’entraîne la culture du palmier, au mépris de la protection de l’environnement (la corruption, grâce à laquelle des permis indus sont accordés, aggravant la situation). Il reste évidemment le tourisme, mais celui-ci a été frappé à la fois par la crise économique de la fin du siècle dernier, par les attentats de Bali (2002) et de Jakarta (2003), sans parler des catastrophes naturelles (tsunami de 2004 et séismes à répétition en 2018). 

Si l’ASEAN peut fournir un cadre favorable aux échanges régionaux, les autres grandes associations comme l’APEC ou l’ASEM, dont l’Indonésie fait évidemment partie, sont d’un intérêt moins évident. Jakarta y rencontre ses principaux partenaires (le Japon, les États-Unis, l’Union Européenne, l’Australie, liée à l’Indonésie par un partenariat stratégique depuis 2010), mais aussi la Chine, qui est son premier partenaire commercial avec 58 Milliards de dollars, et en même temps un concurrent redoutable pour les exportations de textiles et vêtements.

L’environnement politique régional est actuellement satisfaisant. L’Indonésie n’entretient que de bonnes relations avec l’ensemble de ses voisins. L’affaire de l’indépendance de Timor Est, qui remonte à 2002, est passée par pertes et profits.  Certes le mouvement indépendantiste de Papouasie Occidentale est à l’origine d’un regain de violences (les bâtiments publics de la capitale, Wamena, ont récemment été complètement ravagés), mais il ne semble pas (du moins officiellement) bénéficier du soutien de Port-Moresby. Il est à noter, enfin, que de tous les pays riverains de la Mer de Chine Méridionale, seule l’Indonésie n’est pas en conflit avec la Chine, les îles qu’elle contrôle dans cette mer (Natuna et Anambas) étant trop éloignées de la zone de conflit et ayant été héritées directement du colonisateur néerlandais.

Le Président Joko Widodo, dont le nouveau mandat de cinq ans doit commencer le 20 octobre 2019, n’aura pas trop de son expérience et de son habileté pour faire face à tous ces problèmes. La clé de la réussite repose en grande partie sur le succès de la lutte contre la corruption, comme le rappellent régulièrement le FMI, la Banque Mondiale et la Banque Asiatique de Développement.

 

*Gérard Chesnel, Trésorier de Geopragma