The second track diplomacy : necessary or counterproductive tool towards strategic deconfliction ?

Intervention de Caroline Galactéros le 22 octobre 2019 au MGIMO, – RAMI 12 th Convention – , dans le cadre du Dialogue de Trianon.

Dr. Caroline Galactéros

October 22nd 2019
MGIMO
RAMI 12th Convention
CONFERENCE

“THE SECOND TRACK DIPLOMACY: NECESSARY OR COUNTERPRODUCTIVE TOOL TOWARDS STRATEGIC DECONFLICTION?”

 

Dobridien Dami e Gospoda,

Good morning, Ladies and Gentlemen, 

 

I am Caroline Galactéros, Founder and President of the French geopolitical Think and Action Tank GEOPRAGMA. A platform that is apolitical and seeks to analyze the key geopolitical evolutions of our times in a dispassionate and objective manner. At times to proclaim loudly what some people think to themselves. 

I take this opportunity to warmly thank Anatoly Vassilievitch Torkunov, the Rector of MGIMO, for having invited me to this very interesting conference, and for having asked me to address you on the topic of a “Second Track Diplomacy”. A vast subject but very much topical thesedays. Actually, I will try to act as a “second-track” diplomat of this approach with you today. 

A nation’s foreign policy is naturally at the heart of its sovereignty. It is as well a reflection of its domestic policy. Built in some cases over hundreds of years, it poses the principles of a nation’s primary national interests, be they in the political, economic, military, or digital spheres. 

Napoleon initiated if for France. In turn, Tsar Peter the Great laid the ground of Russia’s modern foreign policy. In these two empires’ and countries’ histories, even through regime changes, there has been a continuity in the definition of national interests, doctrines of foreign policy, and relations with other nations. 

More recently, President Putin has resurrected a strong Russia that projects itself globally again with some notable successes, in Syria and the whole middle east for example. 

My President, Emmanuel Macron, has also dedicated his efforts to reset relations with Russia and the European Union with some successes, and France continues its commitment in fighting Islamic jihadist terrorists in Sub-Saharan and Western Africa, and in the Middle East. A goal which asks for consistent and non-dogmatic approach of the reality. OK…Nobody’s perfect, but we are on the right track. 

The term of a “second track” diplomacy applies itself to a variety of organizations: Universities, Non-Governmental Organizations, Think Tanks, medias and so forth. 

And this was precisely my Vision in launching Geopragma two years ago: to defend a certain idea and grandeur of France, to help reinforce the key dimensions of its sovereignty, to gather all pragmatic analysts, experts and decision makers on international matters, to progressively settle a new way of addressing and managing crisis and conflicts in the French strategic landscape. 

To do so, we need to recover our strategic DNA: independence of thinking and of acting which is at the very essence of our nation. 

How? in promoting open dialogue among all of these actors, in respect for their national interests and values to defreeze, depressurize the bellicose atmosphere amongst all nations and to try to be innovative, for a change. 

So, we are all actors in this Second Track Diplomacy which , in a way, is to international relations what civil society is to politics. We are a new weight in the balance of influences and perceptions, able to have an impact on the evolving global and regional balance of power and alliances. 

As a new second track diplomacy channel, we do not attempt to re- create a nation’s foreign policy nor are we actors in the exercise of its formal and official diplomacy. That is the privileged domain of a given nation. 

Rather, we can analyze, question and in the vast majority of cases, enrich the nations’ positions through ideas, debates and visions, in a multi-lateral fashion. And this progressively changes the strategic ecosystem. 

And in a world that today looks very unilateral, in some ways harking back to the 1930’s, we can have an fruitful input on the outcome of crises or conflicts by promoting and enlivening old virtues which are at stake or despised by the temptation of some to overcome the necessity and rules of dialogue to impose their will. 

We need to respect basic rules of state sovereignty and security concerns, to speak especially with those you don’t share the views is urgent, crucial. Actually, it is mandatory to find a path to appeasement. I don’t believe that pure peace on earth is achievable, but I believe in multi-lateralism and in strong bilateral relationships which  are  not contradictory in themselves. 

I believe  in  Relationships based on reliability and respect. In the world affairs, the human dimension and the ability to feel and express empathy has never been more important than today, were some to believe that algorithms can lead our minds, hearts and lives and that one day, they could even resolve disputes… So stupid, so risky. 

Multi-lateralism is a swear word to some, but I think we will agree that it is vital to the prosperity of today’s international relations and that of our world’s future, tomorrow. 

We thought that Man had become wiser since all the human disasters and wars we all waged for various reasons… but the jungle is still here, even wilder than before, with the utopia of technological dominance and IA potentialities. Man believes more than ever in its invincibility ; a childish but invasive dream… 

Unfortunately, In Europe, frightened even by the idea of war, our diplomats and their leaders are most of the times frozen in mental and dogmatic visions of the world, of the enemy, of the good and the bad guy. They don’t observe or think by themselves, they follow, they prefer to obey, praying for a miracle to come, and for America to stay as an everlasting protector. But do we really need this kind of protection? Where are the threats? Russia, China, America, migrants, communitarianism , migrations, Islamism…? 

Like in a Disney film, they want to keep their illusions and kiss the prince. But by doing so, they’re losing precious opportunities and they deny the reality which remains, the bottom of any efficient action. 

In France the Second track diplomacy (STD) is of bad reputation, often called “diplomatie parallèle” to evoke its dark or gloomy aspects, badly interfering with the official ways, linked with deep state . 

 Actually, you can imagine tow paths for STD: 

First one : you have the official line challenged and criticized trough other channels, put under intellectual pressure to evolve, innovate. The problem is that it long and hard to make the politicians sea reality and becoming consistent…. 

Second path : you have the official line backed by the second track channels and networks to amplify its efficiency and maximize the legitimacy of a given political decision. 

Of course, in an ideal world of diplomatic and strategic efficiency, these two paths should of course merge to form a new level of political consciousness enabling us to do what we should to innovate and succeed… 

But there is also a problem in the second case: You’re dependent; financially, institutionally, politically.
You cannot really criticize or challenge the hand that feeds you…
If you dare to, you can be suddenly marginalized, deprived of access to mainstream media, or even demonized by your intellectual enemies as “anti-French” or “pro-Russian for example”! Generally, it’s done by those who actually are under real intellectual dependence. Still, for me, it is possible and absolutely essential to think as a free and innovative spirit which I ‘m proud of being, for the sake of my country and despite any kind of pressure. This is the challenge of Geopragma. 

Perhaps, the French national interest is now to disobey and to reconquer our strategic independence, revisiting current military alliances and taking the lead of a new vision of Europe and of course of Russia for Europe, seeking our interest in economic and political cooperation in Eurasia. 

Allow me to illustrate this point with 3 examples. 

First, in re-building France’s position and influence in the European Union and the Union itself, it goes without saying that a necessary ingredient is a stable and strong Franco-German axis. That is repeated constantly by the “establishment” and most analysts. Where I differ, is that above and beyond this axis, France must also develop close relations with what are pejoratively called “smaller countries”. It is in our national interest to structure a framework that includes Northern and Eastern and southern European countries. Not only to project France’s influence but to also build solutions to a host of issues such as migrations and security. Why not? And this is not to mention environmental issues for with STD is more urgent than ever to reach a collective consciousness and definition of the public goods for humanity. 

Secondly, France can take a leading role in establishing a European Defense policy. A much talked-about topic since the Balkan Wars of the 1990s but followed by zero action since. As you know France is a nuclear nation, a permanent member of the United Nations’ Security Council, and in these times of an isolationist US foreign policy, it is conceivable that France leave an biased and outdated NATO organization with a sufficient number of European Union members to create the “European Defense Organization” or EDO. With the protection of its nuclear umbrella. The advantages are two-fold: to reassert fully its sovereignty and reducing considerably tensions with Russia. Why not? 

Third, France can play a key role in finding a peaceful outcome to the crisis between Ukraine and Russia. Beyond the Normandy framework. To promote both of these nations’ interests by leading an effort to convince Ukraine’s leadership that their future does not lie within the European Union and NATO, even if it is enshrined in its constitution. Constitutions after all can always be amended. Rather, to be a neutral state as Finland was during the Cold War, reassuring Russia relative to its Near Abroad, eliminating the sanctions against Russia, and by building a coalition of states, including Russia, to strongly develop Ukraine’s economy and exchanges with its neighbors, other European and North American countries, and China. Why not? 

These three examples represent a complete change in paradigm. Mentally and concretely : 

It is not easy to achieve but it must be attempted and in my opinion, this is the “right” way. To think differently, “out of the box”, by analyzing the existing dynamics of today’s geopolitical situations in order to nudge nations toward this change. 

And in the case of France, for it to reassert the unique position and influence it had under President de Gaulle. So even if these examples are a departure from a certain consensus and existing foreign policies, it is a possible and credible logical evolution. And in doing so, we can all play this role as a necessary tool towards a strategic deconfliction. 

We are today at an unprecedented level of international relations reconfiguration 30 years after the fall of the Berlin Wall.
Lot of threats, dangers common stakes but also lot of opportunities for the French Russian relationship in Europe as well as for this relation towards China, Turkey, and the whole Middle East.

All that reinforces the potential value of a smart, both pragmatic, respectful and human led Second track diplomacy.

Geopragma has this very ambition to disrupt classical and outdated ways of perceiving the rest of the world and it is dedicated to this innovative approach by first changing the French strategic eco system.

We are young, poor, but we have ideas, projects and we are open to initiate fruitful and concrete initiatives, inclusive of platforms of dialogue, ,  small-committee exchanges, permanent task forces or workshops, mixing political and economic issues. To become a precious tool towards strategic deconfliction. 

If you have ideas, just feel free to approach me. I don’t bite! 

 

Thank you for your attention

Spasibo bolchoî 

Le peuple : combien de divisions ?

Le Billet du lundi du 28 octobre 2019, par Ghislain de Castelbajac*

 

Santiago du Chili, Buenos Aires et Guayaquil sont presque aux antipodes de Beyrouth. 

Pourtant, les récents événements teintés d’émeutes, de répression et de crise politique qui se déroulent dans ces villes pourraient faire croire à une étonnante résonnance « sismique ». 

Guayaquil et Quito, les principales villes d’Equateur, sont un écho aux accents indigènes d’une population amérindienne qui jauge sa force tranquille face à des à-coups fiscaux dévastateurs. 

A Santiago les Chiliens se sont soulevés, dix-huit d’entre eux ayant été tués, pour protester contre la hausse du prix du ticket de métro.

A Buenos Aires, les élections de ce dimanche ont le goût rance d’une crise économique qui n’en finit jamais. Crise des élites et d’un système politique corrompu, impotent, arrogant, faussement naïf face au FMI, et qui rejoue sans fin avec ses bailleurs de fonds et sa fantomatique classe moyenne le vieux vinyle rayé d’un tango boiteux.

Ne récoltant pas ou plus les fruits d’une croissance mondiale en pleine mutation, les peuples latino-américains commencent à entrevoir leur capacité de mobilisation spontanée contre une corruption visible à marée basse.

A Beyrouth, Alger et Bagdad, le peuple gronde aussi contre des taxes plus ou moins iniques, parfois loufoques, concoctées par des gouvernements aux abois face à des taux d’endettement records sur des taux d’intérêts liés aux soubresauts de la FED américaine ou aux vagues promesses du FMI.

 

 

Concernant le Liban, la situation pourrait rapidement devenir hors de contrôle, car le cocktail macro-économie-géopolitique-gabegie va sans doute exploser à la figure d’une classe politique inique, hyper-corrompue et corruptrice.

Engoncée dans sa veulerie et aux abois face à des éléments géopolitiques exogènes, les partis politiques libanais ne vivent que du clientélisme en arrosage automatique de hezbo-dollars, de pétro-dollars ou de subventions européennes détournées à grande échelle.

Mais aujourd’hui les roitelets du pays des cèdres sont nus.

Les sanctions sur l’Iran et le conflit syrien ont eu un impact direct sur la baisse d’influence du Hezbollah, autrefois grand parti redistributeur de richesses iraniennes et syriennes. Les populations sous la coupe du Hizb n’acceptent plus le train de vie de leurs grands frères du Parti de Dieu, dont la plupart des élites furent éduquées sur les bancs des amphis de la Sorbonne. 

Sur l’autre bord politique, les affidés des Saoud, c’est-à-dire le clan Hariri et ses alliés, sont loin d’être épargnés par la vindicte populaire qui ne supporte plus les caprices de milliardaires de leurs poulains, alors que l’argent des bédouins en goguette dans les boîtes de nuit de Raoucheh et de Jounieh ne coule plus à flot comme au bon vieux temps du « système Boone » que décrivait si bien Percy Kemp dans son roman d’espionnage éponyme.

Le taux d’endettement de l’Etat libanais dépasse les 140% du PIB, mais les risques géopolitiques du pays imposent des taux difficilement supportables pour des finances publiques dont les réformes sont inexistantes. Le Liban étant classé pays le plus inégalitaire du monde après le Mozambique…

L’étincelle se déclencha par une « taxe Whatsapp » aussi économiquement inutile qu’humiliante pour la population. Son retrait dans la précipitation par le gouvernement Hariri n’empêchera pas le mouvement de faire tache d’huile. 

Le dernier discours d’apaisement du président Michel Aoun (84 ans) fut raillé et hué par la rue qui réclame des réformes fondamentales et complètes du système politique et social du pays. Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, fit aussi une intervention remarquée car le drapeau de son parti était absent du décor, remplacé pour une fois par le drapeau au cèdre. Mais rien de nouveau dans ses paroles sauf un « rentrez chez vous, je vous ai compris ».

Ces événements font écho à de grandes manifestations en décembre 2018 pour lutter contre le coût de la vie et des coupures d’électricité endémiques.

Une volonté d’une bonne partie de la jeunesse libanaise d’en finir avec le système communautaire issu du Pacte National de 1943 et des compromis de 2006 consacrerait au Liban l’émergence d’une véritable société civile « laïque ». Mais encore faudrait-il que ces vœux légitimes mais pieux deviennent tangible dans une réforme profonde du système électoral législatif construit pour que les Libanais choisissent leurs candidats selon des affections communautaires. 

Et la France dans tout cela ? Bien entendu, le principe de non-ingérence sur des affaires intérieures prévaut. Mais la classe politique a ses habitudes chez les politiques libanais, voire même ses appartements… 

Le Liban étant la réflexion de l’âme de la France, il ne faudrait pas que nos diplomates et nos gouvernants dédaignent les soubresauts du peuple libanais, ou négligent de nouer des liens avec des personnalités politiques, ou issues de la société civile, très souvent expatriées, qui pourraient apporter un regard neuf de réforme, de modernité et d’une certaine forme d’intégrité dont les Libanais ont soif.

Par ailleurs, la concession de gaz offshore en eaux libanaises confiée en partie à Total, et dont les hypothétiques fruits furent déjà vendus et revendus sous le boisseau par la classe politique locale, renforce le jeu d’acteur de la France dans cette crise.

Heureusement pour les élites en place au Liban, la révolution, si elle avait lieu, ce qui est envisageable vu la bienveillance notable de l’armée libanaise pour les manifestants, serait bien vite récupérée ou « colorée » par une puissance étrangère sur le modèle d’un Maïdan d’opérette. Elle pourrait aussi être reprise en main par le Hezbollah qui profiterait d’un changement de système pour entériner les bouleversements démographiques récents en faveur de leur communauté. Corruptio optimi pessima1 .

 

*Ghislain de Castelbajac, Membre fondateur de Geopragma.

 

Note de bas de page :

1. La corruption des meilleurs est la pire

 

Elections indonésiennes : suite mais pas fin (2/2)

Par Gérard Chesnel, le 24 octobre 2019*

Le premier article de la série consacrée aux élections indonésiennes est disponible ici

 

Dimanche 20 octobre, le Président Joko Widodo a été intronisé pour un second mandat présidentiel de cinq ans. La cérémonie s’est déroulée sous le signe de l’unité nationale. Les deux anciens Présidents encore vivants, Megawati Soekarnoputri (2001-2004) et Susilo Yudhoyono (2004-2014), étaient présents, de même que le richissime voisin, le Sultan de Brunéi, Hassanal Bolkiah.

 

Prabowo Subianto

 

Le Président s’est immédiatement attelé à la tâche difficile de la formation du gouvernement. Le nouveau cabinet porte le nom de « Kabinet Indonesia Maju », c’est-à-dire cabinet de l’Indonésie qui va de l’avant (en marche ?). Sa composition révèle quelques surprises. La principale est l’alliance qu’a passée Joko Widodo avec son principal adversaire aux dernières élections, l’ancien général à la réputation sulfureuse, Prabowo Subianto, gendre de l’ancien Président Suharto. Celui-ci obtient le poste crucial de ministre de la Défense. En théorie, la large victoire de Jokowi aux élections (plus de 55% des voix) ne le contraignait pas à une telle alliance. D’autres militaires occupent des postes inattendus, comme celui de ministre de la Religion, attribué à l’ancien général Fachrul Razi , qui est lui-même assisté de deux autres officiers généraux à la retraite. Il semblerait que le nouveau ministre soit partisan d’un islam modéré puisque dans sa première déclaration il a dit vouloir s’opposer au radicalisme. Sa nomination, en tout cas, a provoqué certaines réactions de déception au sein du principal parti musulman, le Nahdlatul Ulama, dont le dirigeant, Ma’ruf Amin, a pourtant été élu Vice-président de la République. Le nouveau ministre de l’Éducation et de la Culture, Nadiem Makarim, a lui aussi un profil inhabituel puisque c’est un jeune homme d’affaires (35 ans) qui a fait fortune entre autres dans le e-commerce et les motos-taxis !

 

Voilà donc un cabinet en apparence très consensuel. Sans doute Joko Widodo a-t-il estimé nécessaires ces alliances surprenantes après la vague de protestations et de violences qui ont suivi sa réélection et qui ont culminé avec la tentative d’assassinat, le 10 octobre, de Wiranto, ministre de la Sécurité. Il n’empêche que la présence de tous ces militaires à des postes clés interroge. Peut-on faire confiance à Prabowo Subianto ? En 1970, le Président chilien Allende avait accordé toute sa confiance au général Pinochet. On sait quel en a été le résultat. Espérons que l’Indonésie, qui n’a plus connu de coup d’État militaire depuis 1966, ne subira pas le même sort.

 

*Gérard Chesnel, trésorier et membre fondateur de Geopragma 

En Corée du Sud, la course à la (haute) mer

ETUDE – Séoul envisage la possibilité de se doter de véritables porte-avions et de sous-marins à propulsion nucléaire. Ces deux nouvelles au conditionnel – mais le seul fait que les Sud-Coréens s’interrogent est, en soi, une précieuse information – s’ajoutent à deux annonces à l’indicatif relatives à la construction d’un nouveau destroyer lourd et à la conception d’un porte-aéronefs léger.

Par Alexis Feertchak, membre fondateur de Geopragma*

Ambiance : l’actuel porte-hélicoptères sud-coréen, «Dokdo», porte le nom d’îles revendiquées par le Japon.

Précisons. Une semaine après que Pyongyang a testé un nouveau type de missile balistique mer-sol (SLBM) tiré depuis une plateforme sous-marine, la marine sud-coréenne (ROK) a envoyé le 10 octobre au Parlement un rapport dans lequel elle annonce la création d’une commission chargée d’examiner la pertinence pour la ROK de se procurer des sous-marins à propulsion nucléaire. C’est la première fois que la Corée du Sud évoque une telle possibilité. Seuls les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni), mais également l’Inde possèdent de tels bâtiments. En pratique, des sous-marins nucléaires d’attaque permettraient aux Sud-Coréens de chasser beaucoup plus efficacement d’éventuels sous-marins lanceurs d’engins nord-coréens qui menaceraient Séoul de frappes depuis la haute mer. Mais ce n’est pas tout.

Les deux projets de porte-avions à catapultes

Le 15 octobre, un parlementaire sud-coréen, Choi Jae-ung, membre du Parti démocrate au pouvoir et proche du président Moon Jae-in, a remis au gouvernement un rapport préconisant que la Corée du Sud se dote d’un programme de porte-avions à catapultes. Ces deux derniers mots ne sont pas anodins. Faisons un pas de côté pour mieux comprendre. On distingue généralement trois sortes de porte-aéronefs :

  • STOVL (pour Short Take Off Vertical Landing) : les avions décollent grâce à l’aide d’un tremplin en bout de piste et atterrissent à la verticale, solution qui nécessite des avions spécifiques (équipés d’un réacteur supplémentaire, orientable verticalement), généralement moins performants (le décollage par tremplin exige des avions allégés, tant en armes qu’en carburant, tandis que l’atterrissage vertical brûle énormément de kérosène). Résultat, alors que la technologie est complexe et coûteuse, ces avions disposent d’une capacité d’emport en armes et d’un rayon d’action plus faibles que des avions traditionnels. Généralement, les STOVL sont des porte-aéronefs légers (de 20.000 à 40.000 t) servant aussi de porte-hélicoptères, de navires amphibies de débarquement et de navires de commandement. L’Italie, l’Espagne et les Etats-Unis disposent de tels «navires universels», déployant des F-35B. Dans les prochaines années, le Japon transformera aussi ses deux porte-hélicoptères Izumo pour qu’ils puissent emporter des F-35B. Cas particulier, le Royaume-Uni a quant à lui fabriqué deux porte-avions lourds (classe Elizabeth – 70.000 tonnes), mais qui, malgré leur fort déplacement, ne seront « que » des STOVL, choix qui s’explique surtout pour des raisons budgétaires.
  • STOBAR (pour Short Take Off But Arrested Recovery) : les avions décollent toujours au moyen d’un tremplin mais sont arrêtés par des brins d’arrêt. Solution intermédiaire, elle nécessite quand même des avions moins performants, non en raison de l’atterrissage, mais du décollage. La Russie (un navire en cours de modernisation), l’Inde (un navire en service, un en construction) et la Chine (un navire en service, un en essai) disposent de tels navires qui sont en général une première étape en attendant de l’introduction de véritables CATOBAR.
  • CATOBAR (pour Catapult Assisted Take Off But Arrested Recovery) : les avions décollent au moyen de catapultes et atterrissent grâce à des brins d’arrêt. C’est le système le plus cher, mais aussi le meilleur, qui permet de déployer des avions plus performants et de divers types, par exemple des avions de guet aérien «AWACS», essentiels pour qu’un groupe aéronaval dispose d’une véritable autonomie d’action. Parmi les CATOBAR, les porte-avions à propulsion nucléaire sont le graal, disposant d’une autonomie presque illimitée. Seuls les Etats-Unis (dix navires, tous nucléaires) et la France (un navire, nucléaire) en disposent. La Chine en construit deux (dont un à propulsion nucléaire). L’Inde envisage aussi une solution CATOBAR pour son troisième porte-avions, mais en est encore loin.

La Corée du Sud pourrait donc vouloir entrer dans ce tout petit club des propriétaires de CATOBAR. Rappelons qu’avec 1500 milliards de dollars, le PIB sud-coréen place Séoul entre l’Espagne et l’Italie (avec l’avantage, comme Rome d’ailleurs, d’être l’un des leaders mondiaux de la construction navale). Dans son rapport, Choi Jae-ung a présenté deux projets :

  • L’un de 41.500 tonnes de déplacement et de 240 mètres de long avec un seul ilot central. Un tel navire serait proche (à la propulsion nucléaire près) du Charles-de-Gaulle français, très compact pour sa catégorie.
  • L’autre de 71.400 tonnes de déplacement et de 298 mètres de long avec deux ilots centraux, à la façon des Queen Elizabeth britanniques, mais avec des catapultes et des brins d’arrêt en plus.

«Compte tenu du taux d’expansion militaire actuel dans les principaux pays d’Asie du Nord-Est, le futur champ de bataille de 2033 sera très différent de celui d’aujourd’hui. Vous devriez revoir vos changements de plan», s’est justifié le député sud-coréen pour justifier un tel saut capacitaire pour la marine sud-coréenne. Pour comprendre le message sous-jaçent, il faut savoir qu’en juillet, des rumeurs venant de l’Etat-major avait annoncé la construction prochaine de nouveaux porte-hélicoptères capables d’emporter des F-35B, ce qui ferait déjà entrer la Corée du Sud dans la catégorie STOVL. Séoul possède actuellement deux porte-hélicoptères de classe Dokdo (type LPX-I, déplacement de 19.000 tonnes) qui ne sont pas équipés pour des avions de chasse à décollage court et atterrissage vertical. Le projet consiste à produire une version agrandie de ceux-ci (environ 30.000 tonnes) et adaptée au F-35B, ce qui en feraient l’équivalent des deux Izumo japonais modernisés. Confirmant ces rumeurs, le chantier naval Hyundai Heavy Industries (HHI) a signé cette semaine un contrat pour la conception d’un tel navire amphibie universel de nouvelle génération (LPX-II).

Projet LPX-II de navire amphibie universel emportant des F-35B versus le porte-hélicoptères «Dokdo» (LPX-I).

Pour Choi Jae-ung, cette avancée ne serait pas suffisante en raison des limites inhérentes à la solution STOVL, idéale pour appuyer dans les airs des opérations amphibies, mais qui souffre de deux insuffisances. Première insuffisance si l’on observe que les logiques contemporaines de déni d’accès permettent de mettre en œuvre des défenses de plus en plus denses et de plus en plus étendues qui rendent le couple «porte-avions léger + chasseurs STOVL» vulnérable : de tels navires embarquent généralement une quinzaine de chasseurs armés trop légèrement et disposant d’un rayon d’action assez faible (869 km seulement pour le F-35B). Deuxième insuffisance si l’on se place dans une perspective océanique et dans l’optique du retour de combats navals en haute mer, ce couple apparaît là encore insuffisant, pour les mêmes raisons. Rappelons qu’historiquement, les porte-avions ne sont pas seulement un outil de projection contre un territoire ennemi, mais sont d’abord, si l’on observe par exemple les grandes batailles du Pacifique, un outil tant de supériorité aérienne que de frappes anti-navires.

L’argumentation du député sud-coréen rejoint celle qui sous-tend l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire, qui permet d’étendre substantiellement le rayon d’action d’une sous-marinade pour qu’elle acquière, là aussi, une dimension océanique (y compris dans l’optique de protéger un groupe aéronaval). D’un point de vue stratégique et étant donné que de tels projets sont une projection de ce que pourrait être la marine sud-coréenne dans dix voire plutôt quinze ans, tout semble indiquer que Séoul ne se place plus seulement dans la perspective d’un conflit localisé avec la Corée du Nord, mais bien dans celle d’un conflit régional de haute intensité dans lequel elle ne pourrait plus simplement reposer sur le soutien des Etats-Unis mais devrait acquérir un degré supérieur d’autonomie.

Un dernier élément qui va dans le sens d’une marine élaborée davantage dans une perspective océanique et dans l’optique d’un conflit à haute intensité concerne les navires de combat de premier rang. Cette semaine, Séoul a en effet passé commande auprès de HHI pour le premier exemplaire de trois nouveaux destroyers de classe Sejong The Great (ou KDX-III). Ces navires particulièrement imposants (10.600 tonnes de déplacement) et équipés du système de combat américain AEGIS associé à un grand nombre de missiles (128 ayant diverses missions) sont déjà au nombre de trois dans la marine sud-coréenne (entrés en service entre 2008 et 2012).

Destroyer KDX-III de classe «Sejong The Great»

Alors que les pays européens privilégient des frégates de 6.000 à 7.000 tonnes équipées d’une trentaine ou d’une quarantaine de silos verticaux (VLS) pour le lancement de missiles (16 missiles mer-air Aster et 16 missiles de croisière navals mer-sol pour nos FREMM par exemple), Chinois, Japonais et Sud-Coréens investissent, comme les Américains, dans des destroyers de plus fort tonnage, frôlant voire dépassant les 10.000 tonnes et disposant d’un nombre de silos de missiles proche voire supérieur à 100. Nul doute que ces navires sont pensés pour le combat de haute intensité en haute mer. Le tableau ci-dessous qui établit la liste de la plupart des frégates et destroyers dans le monde avec leur déplacement et leur nombre de silos de missiles est assez parlant : les pays européens sont absolument absents du haut du classement (la présence du Royaume-Uni devant être sérieusement relativisée – cf. note ci-dessous).

Pays Classe Nombre (+ construction) Déplacement VLS
Corée du Sud Sejong the Great 3 (+3) 10.600 t 128
Etats-Unis Ticonderoga 22 9.800 t 122
Chine Type 055 1 (+5) 12.000 t 112
Japon Maya 2 10.500 t 96
Japon Atago 2 10.000 t 96
Etats-Unis Arleigh Burke IIA 39 9.200 t 96
Japon Kongo 4 9.500 t 90
Etats-Unis Arleigh Burke I/II 28 8.400 t 90
Royaume-Uni Type 26 (+2) 7.600 t 72*
Chine Type 052D 12 (+8) 7.500 t 64
Corée du Sud Chongmugong 6 5.500 t 64
Russie Gorchkov-M (+2) 5.400 t 56
Royaume-Uni Type 45 6 8.500 t 48
Chine Type 052C 6 7.000 t 48
Italie Orrizzonte 2 7.000 t 48
France Horizon 2 7.000 t 48
Espagne Alvaro de Bazan 5 6.300 t 48
Russie Gorchkov 4 5.400 t 48
Japon Asahi 2 6.800 t 32
Japon Akizuki 4 6.800 t 32
Italie Bergamini 8 (+2) 6.700 t 32
France Aquitaine (FREMM) 5 (+3) 6.000 t 32

 

* Tous les VLS sont loin d’être semblables : certains disposent de silos de petites tailles, pouvant emporter des missiles anti-aériens de courte portée peu encombrants. Par exemple, la défense d’une nouvelle frégate de Type 26 britannique repose sur 48 Sea Ceptor, missile dont la portée ne dépasse pas les 25 km. Elle peut donc en emporter beaucoup plus qu’une FREMM n’emportera d’Aster 30, dont la portée dépasse les 120 km mais qui est beaucoup plus volumineux. Observer le nombre de VLS ne suffit donc pas.

Cette description purement quantitative ne permet donc pas de juger entièrement de la capacité réelle de ces navires. On sait par exemple que nos FREMM sont considérées comme étant parmi les meilleurs bâtiments du monde en matière de détection sous-marine. De même, si les destroyers chinois sont, sur le papier, l’égal des navires otaniens, on ne sait pas si cette égalité se maintiendrait sur le champ de bataille. Cet état des lieux permet en revanche de décrire une dynamique d’accroissement capacitaire à laquelle l’Europe ne semble aucunement participer. Ce n’est pas forcément un mal : il est vrai que le cœur de la menace est probablement en Asie, loin de la veille Europe, mais encore faut-il en avoir conscience pour adapter notre politique et notre stratégie à la réalité de nos moyens.

Pour la Corée du Sud, au-delà d’un conflit de voisinage avec le Nord, la première menace à moyen terme est bien entendu chinoise : elle est la plus sérieuse, la plus structurelle, et la seule à pouvoir donner lieu à un conflit régional de haute intensité. Mais il ne faut pas oublier non plus les tensions qui resurgissent entre Séoul et Tokyo. Remontant à l’invasion par le Japon impérial de la péninsule coréenne dans les années 1930, elles connaissent depuis un an de nouveaux développements, certes d’abord économiques et commerciaux, mais qui comportent aussi une dimension territoriale. Le Japon continue de revendiquer les îles Dokdo, que contrôle Séoul, en mer de Chine orientale. Il n’est pas anodin que les Sud-Coréens aient décidé de baptiser leurs porte-hélicoptères du nom de ces îles. Autre signe de ces animosités historiques : pour la revue annuelle de la flotte japonaise cette semaine, qui a finalement été annulée en raison du typhon, un très moderne destroyer chinois de Type 052D a fait le voyage, malgré les tensions géopolitiques du moment. Mais de navires sud-coréens, il n’y en avait point. Il ne fait pas de doute que Chinois et Japonais regarderont avec attention les développements à venir de la marine sud-coréenne. Autant que les Américains, qui se frottent les mains en anticipant de juteux contrats d’exportation, qu’ils concernent le F-35 ou les systèmes de missiles équipant les destroyers «Aegis», grands gagnants de ce climat d’anxiété.

* Passionné par la géopolitique et les questions de défense, diplômé de Sciences Po Paris et licencié en philosophie de l’Université Paris-Sorbonne, Alexis Feertchak est journaliste au Figaro, rédacteur en chef et fondateur du journal iPhilo et membre fondateur de Geopragma.

Sahel : une cécité volontaire ?

Note rédigée le 15 octobre 2019, initialement publiée par l’IVERIS. 

Par Leslie Varenne*

 

Au cours des quinze derniers jours, les événements dramatiques se sont succédé à une vitesse effrénée dans la Bande sahélo-saharienne (BSS). Paradoxalement, les communications officielles des gouvernements malien, burkinabè sont déconcertantes d’optimisme. Quant à celle du Conseil de sécurité, le 12 octobre, elle ne pourrait être plus lénifiante. Les populations, elles, ne sont pas dupes, l’inquiétude se lit sur les visages. Elles ont compris que la crise s’inscrivait dans un temps long. Elles ne comptent plus que sur leur propre force pour survivre et sécuriser leur famille, leur village, leur zone. Les échecs militaires assortis d’une absence de réponse politique les poussent à s’interroger sur les raisons de leurs malheurs et sur les agendas des acteurs nationaux et internationaux. Cette situation provoque également la colère des habitants de la BSS. La manifestation qui a tourné à l’émeute le 12 octobre à Sévaré contre la MINUSMA, co-accusée avec l’opération française Barkhane « d’inertie face à la situation sécuritaire dans le centre du pays », est un signal fort, exprimant le niveau d’exaspération et d’élévation de la température. Le même jour, à Ouagadougou était organisé, par plusieurs associations, une journée anti-impérialiste pour demander le départ des forces étrangères. La gronde pourrait se propager…

 

Attaque du camp de la MINUSMA à Sévaré

 

Montée en puissance des forces djihadistes

 

D’après une source sécuritaire, lors de l’attaque de la base du G5 Sahel à Boulkessi et d’un camp des forces armées maliennes à Mondoro dans la nuit du 29 octobre, les soldats ont essuyé une pluie d’obus venant de tous les côtés puis les terroristes se sont rendus maîtres des lieux avant de s’enfuir. Cela prouve d’une part, le bon niveau de préparation militaire et la maîtrise du terrain ; d’autre part, cela confirme que les djihadistes maliens comptent désormais dans leurs rangs des éléments aguerris, parmi lesquels des étrangers ayant fait leurs armes au Moyen-Orient, comme l’IVERIS le notait dans un précédent article et comme le groupe des experts de l’ONU sur le Mali l’a écrit également dans son dernier rapport.

Cette attaque a été revendiquée par le JNIM, de lyad AG Ghali. qui a déclaré que son organisation avait tué 85 soldats, fait deux prisonniers et saisi des pickup, des munitions et des matériels lourds.

Toujours au Mali, une semaine plus tard, les terroristes maliens ont signé une énième attaque contre les forces armées présentes sur le territoire, en tuant un casque bleu par l’explosion d’un engin lors du passage du véhicule de la MINUSMA dans la région d’Aguelhok.

Au Burkina Faso voisin, les quinze derniers jours ont été tout aussi violents, illustrant ainsi la désespérante dégradation sécuritaire. Les mêmes djihadistes qui opèrent au Sahel de part et d’autre de la frontière, adoptent une stratégie différente en poursuivant des objectifs distincts selon les pays. Dans cet Etat, ce sont les populations civiles qui sont les premières ciblées lors d’attaques non revendiquées par des hommes armés non identifiés. Ainsi, en moins de quinze jours, cinq attaques, dont celle d’un site d’orpaillage, ont fait au moins 48 victimes. Le mode opératoire est toujours le même les assaillants arrivent en moto, tuent, pillent, volent le bétail et incendient maisons et bâtiments publics, forçant ainsi les habitants à quitter leurs villages et à venir grossir le rang des déplacés à Ouagadougou.

 

Un débat nauséabond

 

Toujours au Burkina-Faso, le 11 octobre, la grande mosquée de Salmossi, près de Gorom-Gorom a été la cible d’hommes armés, 16 fidèles ont été froidement assassinés pendant leur prière. Cet acte n’a pas été revendiqué, mais il ne semble pas signé par les groupes armés de la zone qui ne s’en prennent pas aux mosquées. Cela s’inscrit plus vraisemblablement dans le cycle attaques de djihadistes/représailles sur des populations soupçonnées de collaborer avec les terroristes. Tout porte à croire que cette tuerie est l’œuvre d’une milice, comme celle des Koglweogos qui avait commis le massacre de Yirgou, de sinistre mémoire.

Par ailleurs, ce drame survient précisément au moment où un débat agite la société burkinabè sur l’utilité de créer des milices d’autodéfense. Loin d’être anodin, ce débat entérine la faiblesse de l’Etat et de son armée, ouvre la voie à des représailles aveugles, à la chasse aux boucs émissaires, aux massacres dits « intercommunautaires » comme celui d’Ogossagou…

 

Déconnectés du réel

 

C’est dans ce contexte que les gouvernements malien et burkinabé, ont cru bon de faire la promotion du tourisme en participant au salon IFTM-TOP Résa à Paris, alors qu’au moins un tiers de leur territoire respectif échappe au contrôle de leur Etat. Interrogé sur RFI, Amadou Maïga chargé de mission au ministère de l’Artisanat et du Tourisme du Mali a déclaré : « lorsqu’il y a du terrorisme, lorsqu’il y a de l’insécurité les gens ont peur, c’est vrai, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas envoyer les gens à Tombouctou, les gens peuvent partir partout au Mali, mais il faut simplement organiser et les sécuriser… »  Cette saillie pourrait prêter à sourire si elle ne démontrait pas la déconnection des élites et leurs dénis des réalités.

Leurs pays sont en guerre et leurs dirigeants communiquent comme s’ils étaient en temps de paix. A ce titre, le communiqué du dernier conseil des ministres du Burkina Faso est édifiant. Hormis un décret pris sur le blanchiment et le financement du terrorisme, rien concernant la situation sécuritaire, humanitaire ou sur le sort des déplacés, en revanche il a été décidé qu’un projet de loi sur le… tourisme sera présenté aux députés !

Le communiqué du gouvernement malien après l’émeute de Sévaré où les populations ont saccagé les dépôts de la MINUSMA est tout aussi surprenant. « Le gouvernement appelle les manifestants au calme et à la retenue ; les invite à privilégier le dialogue dans les revendications sociales. Il souligne qu’il est important que les populations apprennent à revendiquer et à s’exprimer sans violence ni vandalisme. Nous devons étonner le monde, en lui montrant notre capacité à transformer la colère en débat et les revendications en solutions concrètes. » Ce communiqué « original » a été vite retiré pour faire place à un autre plus politiquement correct « Le gouvernement condamne avec la plus grande fermeté ces actes intolérables… »

En ce qui concerne les solutions concrètes, c’est précisément ce qu’attendent les populations. Quant à étonner le monde, le Mali le fait déjà.  Lors d’un récent voyage à Bamako, l’auteur de ces lignes a recueilli le commentaire d’un Bamakois : « Au Mali tout est inédit. C’est le seul pays qui achète des avions et reçoit des épaves, c’est le seul pays où l’opposition a le portefeuille de ministre des Affaires Etrangères, le seul pays où des groupes armés sont rebelles le jour, terroristes la nuit et trafiquants tout le temps ; le seul pays où la mauvaise foi politique et la corruption atteignent de tels sommets. »

Dans ces conditions, il est compréhensible que Burkinabè et Maliens doutent de la capacité et de la volonté de leurs dirigeants de les sortir de ce guêpier ; d’autant que ces Etats, et surtout le Mali, sont entrés dans une économie de guerre qui profite aux élites de toutes les parties au conflit. Ce ne sont sûrement pas, non plus, les grandes messes du type de celle qui a eu lieu le 14 septembre dernier à Ouagadougou où la CEDEAO se réunissait en session extraordinaire sur le terrorisme, qui permettront aux populations de retrouver la confiance. Le communiqué final n’étant qu’une longue suite de vœux pieux, dont aucun n’a vu le début d’un commencement de mise en œuvre.

La crise de confiance touche aussi Barkhane. Pas un jour ne se passe sans que les médias maliens et burkinabè ne se fassent l’écho du mécontentement et des interrogations, avec parfois des arguments logiques « Pourquoi la France n’a-t-elle pas vu les colonnes de pick-up se dirigeant vers Boulkessi et Mondoro ? » et d’autres ahurissants : « Aussi longtemps que durera la crise, les forces françaises, onusiennes et le G5 Sahel se ravitailleront dans les stations Total ce qui est une aubaine pour le trésor français ! »

Si la France est soupçonnée d’avoir un agenda caché ce n’est pas seulement parce que la force Barkhane n’arrive pas à contenir les groupes terroristes, c’est aussi et surtout à cause de sa politique illisible qui laisse la place à tous les fantasmes. Après avoir beaucoup communiqué, fait preuve de volontarisme, affiché un optimisme béat en annonçant d’un air martial des victoires du G5 Sahel pour… 2018, Emmanuel Macron semble aujourd’hui tétanisé. Le Quai d’Orsay se tait. Lors de l’attaque des camps militaires, Jean-Yves le Drian a fait le service minimum en publiant un communiqué succinct. Les ministères de la Défense et des Affaires étrangères auraient commandé des rapports à des instituts privés pour trouver des pistes de sorties, preuve de leur désarroi. En soutenant des chefs d’Etats qui ont perdu la confiance de leurs peuples, en fermant les yeux sur leurs pratiques exécrables, comme la création de milices et les trafics en tous genres, les dirigeants français ont placé l’armée française dans une impasse. L’Opération Barkhane est désormais perçue par les opinions publiques comme une assurance tous risques pour des dirigeants corrompus et peu soucieux de leurs peuples.  Comment gagner une guerre lorsque l’on n’ouvre aucune perspective pour la paix ?

Un intellectuel malien décrypte : « La France, comme le G5 Sahel et la Minusma sont partis d’un postulat faux, ils n’ont pas fait une analyse fine de ce type de conflits qui est une superposition de crises qui ont conduit au délitement des Etats. Aujourd’hui la France ne connaît plus l’Afrique, ces élites s’abreuvent des livres d’histoire avec des clichés totalement dépassés. Du coup, le jeu est totalement faussé, tant qu’on ne fera pas la bonne analyse, on ne fera la paix ni au Sahel ni ailleurs. »

 

Persaverare diabolicum

 

Le pire serait que la France persiste dans ses erreurs en soutenant, quoiqu’elle en dise, la seule option militaire ; qu’elle ne prenne pas acte de l’échec du G5 Sahel et qu’avec l’Allemagne, elle pousse à son élargissement à certains pays de la CEDEAO, sous quelques formes que ce soient. Alors que les djihadistes adoptent leur stratégie en fonction des spécificités locales, il est vain et illusoire de vouloir globaliser les solutions à toute l’Afrique de l’Ouest. D’autant que les Etats entrant dans cette nouvelle coalition deviendraient de facto la cible d’al-Qaida (JNIM) ou de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). En prime, ces deux organisations risquent fort d’être renforcées par les combattants de Daech qui ont réussi à fuir la Syrie à la faveur de l’intervention turque…

Comment sortir du tunnel et rendre l’espoir à la fois aux populations et à ceux qui s’en soucient ? La situation actuelle ne permet pas de conclure sur une ombre de solution, puisque perdurent les dogmes et les pratiques qui ont conduit à cet échec. Au-delà des diagnostics sévères, l’IVERIS s’efforce toujours de donner des axes de réflexions, mais rien n’est possible dans une telle atmosphère. Rien ne pourra changer, aucune proposition ne sera efficace, aucune action ne pourra être entreprise tant que le mensonge et l’aveuglement régneront au Sahel : la situation est grave, mais elle n’est désespérée que si on ne veut pas la regarder.

 

*Leslie Varenne, co-fondatrice et directrice de l’IVERIS, contributrice invitée de Geopragma 

Source : https://www.iveris.eu/list/notes/450-sahel__une_cecite_volontaire__

L’Ange du Bien

Ce billet ne fait pas consensus au sein de Geopragma. Cependant, il nous a semblé intéressant de le publier pour enrichir le débat et nourrir le questionnement sur la politique française en Syrie. 

 

Billet d’Humeur, par Jean-Philippe Duranthon*

 

« La France a décidé de suspendre tout projet d’exportation vers la Turquie de matériels de guerre susceptibles d’être employés dans le cadre de l’offensive en Syrie ». 

Nul doute qu’une telle posture, qui fait de la France un Ange du Bien, satisfera de beaux esprits et les cœurs tendres.

Le souhait d’être cohérent avec la réprobation publique d’une initiative militaire que l’on dénonce est compréhensible. Limiter cette « suspension » aux matériels « susceptibles d’être employés » en Syrie – mais la plupart des matériels militaires ne sont-ils pas « susceptibles » de l’être ? – est cohérent.  Cette décision n’est donc pas surprenante, d’autant que, la France n’étant pas un grand fournisseur de l’armée turque, le sacrifice financier immédiat est limité.

Mais cette décision aura-t-elle le moindre effet ? Imagine-t-on M. Erdogan demander à ses chars de rentrer dans les casernes dont on les a sortis, parce qu’il a peur d’être privé de quelques armes, que l’on veut bien lui vendre mais à la condition qu’il ne s’en serve qu’avec notre accord ?  

D’ailleurs, M. Erdogan est-il pire que tous les autres dirigeants à qui l’on accepte de vendre nos armements ? Nous sommes-nous assurés que nos clients d’Afrique, du Moyen-Orient ou du Golfe, entre autres, sont tous, comme nous, des Anges du Bien ?

Et comment peut-on participer à une alliance militaire – et l’OTAN en est une belle – aux côtés d’un pays auquel on refuse de vendre des armes ? Veut-on lui faire comprendre qu’on aimerait bien qu’il quitte cette alliance ? A-t-on bien mesuré toutes les conséquences d’un tel choix ?

Tout cela risque plutôt d’inciter M. Erdogan à se rapprocher plus encore de la Russie, qui n’a sans doute pas les mêmes scrupules que nous et qui sera ravie, elle, qu’on fasse la promotion des produits issus de ses arsenaux en reconversion. M. Trump, qui a vivement reproché à la Turquie de se doter de missiles anti-aériens russes S 400, devra vraisemblablement bientôt tweeter contre l’achat par la Turquie d’autres matériels russes, à commencer par des Soukhoï à la place des F35 américains.

 

 

La morale de cette histoire, si l’on veut vraiment parler de morale, est que la France, qui disposait d’atouts historiques considérables dans cette région du monde, renforcés par son refus de l’aventure en Irak, semble tout faire pour ne plus y jouer un grand rôle. En rentrant dans le rang en Irak elle a disparu dans un paysage dominé par les Américains ; en voulant en Syrie faire le gendarme mais en se trompant d’analyse elle s’est sortie du jeu ; en se drapant dans ses ailes d’Ange du Bien en Turquie elle s’empêche d’influencer un pays certes complexe et incertain, mais qui joue et jouera un rôle fondamental pour l’équilibre d’une région qui nous est proche et qui peut influencer fortement notre approvisionnement énergétique et notre équilibre démographique.

La ministre des armées a, le 7 mai dernier, prononcé devant la commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale un très beau discours exposant, de manière extrêmement claire et franche, la politique française en matière d’exportation d’armes. Il s’agissait alors des ventes à l’Arabie Saoudite d’armes susceptibles, ou non, d’être utilisées au Yémen, mais certains passages du discours pourraient s’appliquer à la Turquie : « Que se passerait-il si la France rompait ses liens avec les pays dont nous parlons ?… Ce serait priver la France de partenaires stratégiques qui, à ses côtés, ont su jouer, jouent encore aujourd’hui et joueront peut-être encore à l’avenir un rôle positif dans le règlement de certaines crises… Ce serait porter un coup sérieux à la réputation de la France auprès de ses clients, en donnant l’impression qu’elle peut lâcher ses partenaires en cours de route si elle désapprouve telle ou telle de leurs actions. » Pourquoi ce qui était valable pour l’Arabie Saoudite ne l’est pas pour la Turquie ?

N’oublions pas que, comme le disait la ministre dans son discours, « les Européens sont les derniers végétariens dans un monde de carnivores » : les Européens, et tout particulièrement les Français.

Si elle n’accepte désormais de vendre des armes qu’aux dirigeants qui ont le look du gendre idéal et qu’à la condition que ces armes fassent parler, non la poudre, mais la naphtaline, la France ne pourra plus guère utiliser l’outil diplomatique fort dont elle dispose grâce à son industrie de l’armement.  

 

Jean-Philippe Duranthon, membre fondateur de Geopragma 

Offensive turque en Syrie : les Kurdes contraints de prendre le chemin de Damas

Le Billet du lundi du 14 octobre 2019, par Patricia Lalonde*

 

 

Quels sont les obstacles à la fin de la guerre en Syrie ? 

L’Etat Islamique ayant été quasiment vaincu, la seule justification du maintien des troupes américaines sur le sol syrien est l’appui apporté aux forces kurdes des PYD dans le combat, pour l’autonomie que le pouvoir syrien leur refuse.

Il ne serait donc pas impossible que l’Iran et la Russie, acteurs, avec la Turquie, du Groupe d’Astana, aient fermé les yeux devant le plan d’Erdogan d’affronter les Kurdes pour récupérer une zone de 30 km de profondeur en territoire syrien ; et il ne serait pas impossible non plus que ce plan ait été discrètement avalisé par la Maison Blanche.

S’il est incontestable que les Kurdes ont été le fer de lance de la défaite de Daesh et en première ligne dans la bataille de Kobané, la réalité sur le terrain aurait dû les pousser à négocier avec un Bachar el Assad désormais vainqueur de cette guerre. Les Russes, qui ont largement contribué à cette victoire, les y ont d’ailleurs encouragés ces dernières années.

Donald Trump, dont l’une des promesses de campagne était de cesser les guerres «  qu’on ne peut gagner » et qui ne «  rapportent rien aux US », verrait sans doute d’un bon œil que les troupes américaines se retirent du Moyen-Orient. 

Le coup de téléphone entre le président américain et son homologue turc juste avant l’intervention confirme qu’un feu orange a été donné par la Maison Blanche… à condition de ne pas dépasser la ligne rouge…

Cela explique les contradictions des tweets de D. Trump et le tollé que la brusque offensive turque provoque à Washington comme en Europe. Les Russes quant à eux, ont alerté sur le danger d’une déstabilisation de la région et contre le risque d’éparpillement des militants de Daesh. Les Iraniens ont demandé aux troupes turques de se retirer du Nord-Est syrien.

Mais toutes ces déclarations ne seraient-elles pas trompeuses?

D. Trump et V. Poutine ne se seraient-ils pas mis d’accord pour forcer les Kurdes à négocier avec Bachar el Assad afin que la Syrie puisse trouver une solution politique et retrouve son intégrité territoriale ? L’armée syrienne propose déjà son aide aux Kurdes…   

Cela expliquerait peut-être pourquoi l’offensive turque, si elle ne dépasse pas la ligne rouge, pourrait arranger le régime syrien, les Russes, les Iraniens et évidemment Donald Trump.

Quant à Erdogan, cette offensive devrait lui permettre à la fois de faire oublier son incapacité à défendre les djihadistes encerclés à Idlib, alors que l’armée syrienne épaulée par les Russes progresse et surtout de redorer son blason sur la scène politique intérieure turque après sa dernière défaite électorale à Istanbul… 

Les Occidentaux ont une fois encore été pris par surprise et leur réaction affolée en dit long sur leur perte d’influence dans la région. Ils ont joué la carte kurde qui est devenue leur meilleur atout  dans leur combat contre Daesh et qui justifiait une présence militaire sans mandat onusien dans la région, prolongeant ainsi la guerre et freinant une solution politique et le retour de l’intégrité de la Syrie. 

Il n’est pas anodin que Trump ait récemment demandé aux Européens, une semaine avant l’intervention militaire turque de reprendre leurs djihadistes enfermés dans les prisons kurdes, sachant pertinemment le risque d’évasion de ces prisonniers en cas d’attaque turque…  Cela permet également à R. Erdogan de faire chanter l’Europe  : si vous condamnez cette offensive et si vous mettez des sanctions contre nous, nous vous enverrons 3,6 millions de réfugiés et vos djihadistes. 

 

Il est donc fort probable que les trois acteurs des accords d’Astana aient décidé de se répartir les rôles et de pousser ainsi les Kurdes à négocier avec Damas pour mettre fin à cette interminable guerre que les Occidentaux tentent de prolonger.

L’Europe sera la grande perdante de ce jeu de rôle.

 

*Patricia Lalonde, Vice-présidente de Geopragma